RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

5 décembre 2012

Mariage pour tous, quelle est la question ? Yves Lefebvre

un de nos vieux sages parle

par Philippe Grauer

Profitez de la lecture de ce texte d’un des fondateurs du SNPPsy, éditeur du Profession psychothérapeute, par lequel le syndicat contribua à implanter la psychothérapie relationnelle (à l’époque on ne disait pas encore comme ça) dans l’imaginaire collectif et comme nouvelle identité psy. Merci à l’un des nôtres d’avoir pris la parole dans ce débat et d’y développer une réflexion originale.

quelques remarques

L’idée d’une survalorisation individualiste des désirs de l’individu qui veut tout y compris l’impraticable reste de notre point de vue dangereuse en ce qu’elle rejoint l’argumentaire des psychanalystes ultra conservateurs qui expliquent que nous heurtons avec cette loi au roc de la différence des sexes, insurmontable, et qu’ainsi nous courons par toute-puissance impossible à la ruine de l’humanité. En réalité les formes d’union anthropologiquement parlant sont vastes et mouvantes, et n’abolissent jamais pour autant la différence des sexes.

Quant à l’argument selon lequel deux pères ou deux mères ou parent 1 & parent 2 neutraliseraient la différence des sexes et qu’en prime les homosexuels devenus débiles raconteraient aux enfants qu’ils sont nés de l’union de deux personnes de sexe semblable tout de même il faut avouer qu’il présente un aspect non dépourvu d’hénaurmité. L’ami Yves Lefebvre n’a pas jeté son œil critique sur cette bourde, il a bien raison d’un certain côté, mais elle insiste, on ne peut l’ignorer. On éprouve un certain malaise à la considérer, qui pourrait constituer le signe d’une homophobie latente. Des siècles de stigmatisation ne s’effacent pas d’un trait de plume.

Précisément ce que les homosexuels réclament c’est d’être traités en citoyens égaux et non stigmatisés comme par le passé. Pourquoi ne pas alors sur la base d’un couple homosexuel pouvoir comme tout le monde fonder une famille. Il ne s’agit pas de la survalorisation d’un désir individualiste fou mais de la revendication légitime de l’accès pour tous à une institution familiale pérenne, fondée sur le principe de l’égalité – enfin ! les mentalités vont prendre un coup de neuf, ça ne leur fera pas de mal. Que des conservateurs hurlent à la mort de la civilisation, écoutons-les, discutons avec eux, en tout cas avec eux en nous, usons de notre capacité critique, comme par ailleurs le fait si bien Yves Lefebvre, ne nous affolons pas.

Quand aux archétypes, les religieux continueront d’avoir cours sans devoir prévaloir sur les lois d’une République laïque et la diversité anthropologique continuera de foisonner « immémorialement ». La famille en désordre(1) peut se ré-agencer le monde ne basculera pas dans le chaos qu’un quarteron de psychanalystes rétrogrades lui prédit non pour le 21 décembre mais pour la fin janvier.

Voir aussi

1- Luc Ferry, « Pour l’homoparentalité », Le Figaro, 19 septembre 2012.

2- Gaëlle Dupont, mariage homosexuel, dossier du Monde en date du 26 septembre titré « Les couples homos font-ils de bons parents ? », auquel s’ajoute un article du sociologue Bruneau Perreau, 26 septembre 2012, Le Monde.

3- homoparentalité & psychanalystes conservateurs au Figaro, un magnifique échantillon des sottises que peuvent énoncer des « experts psys » effrayés par la question homosexuelle, Le Figaro des 2 et 3 octobre 2012.

4- Rabbin Yeshaya Dalsace, Du bien-fondé ou non du mariage homosexuel, Libération, 5 octobre 2012.

5- Élisabeth Roudinesco, Mariage pour tous, les nouveaux inquisiteurs, indigne psychologie de bazar, Libération à la Une, 5 octobre 2012.

6- Sigmund Freud (9 avril 1935), homo sapiens, 6 octobre.

7- Serge Hefez, L’homoparentalité divise la planète psy, Huffigton Post(2), 16 octobre 2012.

7 bis- Olivier Steiner, Chère Madame Boutin, 26 novembre 2012.

8- Pétition Les psychanalystes contre l’homophobie, 12 novembre 2012.

9- Catherine Kintzler, Le « mariage homo » révélateur du mariage civil (14-11-2012), intéressante critique de l’Essai du Grand rabbin de France Gilles Bernheim, 14 novembre 2012

10- Élisabeth Roudinesco, Jean-Pierre Winter et al, [Audition de psychanalystes auprès de la Commission des lois de l’Assemblée nationale >http://www.dailymotion.com/video/xv4d2l_travaux-en-commission-auditions-de-la-commission-des-lois-sur-le-projet-de-loi-visant-a-ouvrir-le-ma_news], 15 novembre 2012.

11- Collectif (Lévy-Soussan, Flavigny, Winter et al.), Mariage gay : non à la collusion de la haine, Le Monde, 18 novembre 2012.

12- ÉDITORIAL du Monde, 17-18 novembre 2012, 17-18 novembre 2012

13- Maurice Godelier, « L’humanité n’a cessé d’inventer de nouvelles formes de mariage », 17-18 novembre 2012, Le Monde.

14- par Collectif – Claude Baty, président de la Fédération protestante de France ; Gilles Bernheim, grand rabbin de France ; Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman ; André Vingt-Trois, cardinal, archevêque de Paris, Mariage pour tous : laissons du temps au débat, Le Monde 17-18 novembre 2012.

15- Monette Vacquin, Jean-Pierre Winter, Non à un monde sans sexes ! L’enfant a droit à père et mère, Le Monde, 5 décembre 2012.

16- José Luis Rodriguez Zapatero, Grâce au mariage pour tous, la République française sera plus républicaine, Le Monde, 5 décembre 2012.

17- Olivier Py, Intolérable intolérance sexuelle de l’Église, Le Monde, 5 décembre 2012.

18- Yves Lefebvre, Mariage pour tous, quelle est la question ?, snppsy.org, 5 décembre 2012.

19- Élisabeth Roudinesco, Sébastien Lifshitz et Monique Isselé, L’invité des matins, 7 décembre 2012.

20- Philippe Grauer,

  • 1 Élisabeth Roudinesco, Paris, Fayard, 2002, 245 p.-
  • 2 En marge du débat on pourra lire de Serge Hefez, Sale temps pour les femmes.

  • Yves Lefebvre

    Mariage pour tous, quelle est la question ?

    par Yves Lefebvre – avec l’aimable autorisation du SNPPsy.

    Coordonnateur et principal auteur du livre collectif édité à l’initiative du SNPPsy,Profession psychothérapeute, Buchet-Chastel, 1996, 365 p., ouvrage inaugural de la psychothérapie relationnelle avant la lettre.


    Le projet de mariage et d’adoption d’enfants par des couples homosexuels défraie la chronique de l’actualité. Au-delà des postures passionnelles, une première question se pose : qu’en sera-t-il de l’enfant élevé par des parents de même sexe ? Comment construira-t-il son identité sexuée ? Les psys de toutes obédiences peuvent légitimement se poser la question.

    Mieux vaut des parents homosexuels aimants et attentifs

    Or, de tels enfants existent déjà et ne semblent pas présenter plus de troubles que la moyenne des autres. Les perturbations psychiques de l’enfant, quand elles ne sont pas neurologiques, se construisent en effet d’abord dans l’ambiance de celles des parents, indépendamment de leur orientation sexuelle. Mieux vaut donc, évidemment, des parents homosexuels aimants et attentifs que des parents hétérosexuels névrosés, violents, alcooliques…

    identité sexuée

    Cependant la construction de l’identité sexuée a besoin de masculin et de féminin pour advenir. Mais qui n’a remarqué qu’il y a toujours dans les couples homosexuels l’un des partenaires qui exprime plutôt une énergie féminine et l’autre une énergie masculine, quelle que soit leur réalité anatomique ? L’amour et le désir, qu’on le veuille ou non, comporte toujours une part de « masculin » qui rencontre une part de « féminin », y compris chez les homosexuels.

    fonction paternelle autre

    Nous savons aussi que la psyché spécifiquement humaine naît avec le symbolisme. Cela commence lorsque le bébé comprend qu’il n’est pas le tout de sa mère parce qu’elle est attirée par un autre qu’elle nomme « père ». Ce père est donc d’abord un nom, un mot, un symbole, indépendamment de la réalité de la personne qui en est porteur. Cette fonction paternelle « autre » qui frustre l’enfant parce qu’il découvre qu’il n’est pas le tout du désir de sa mère, l’oblige à défusionner et donc lui permet d’acquérir une identité autonome et une psyché humaine capable d’altérité. Et cela se fait par le langage et la symbolique avant de se faire par la réalité. C’est la fameuse théorie du « nom-du-père » de Lacan. Une femme qui aurait le pôle masculin dans un couple de lesbiennes pourrait donc tout à fait jouer ce même rôle structurant pour la psyché parce qu’elle sera l’autre que désire et nomme la mère et qui n’est pas le bébé.

    mêmes problèmes que les enfants des familles recomposées ou adoptés

    La réalité sexuée du père joue un rôle plus tardif et le fait que la fonction paternelle soit tenue par une femme, ou que la fonction maternelle soit tenue par un homme, peut avoir une influence relativement troublante, mais à ce moment-là elle ne se situe plus aux fondations de la psyché. Ce sera, certes, une complication supplémentaire mais pas forcément rédhibitoire. Cette situation confrontera l’enfant aux mêmes problèmes que les enfants des familles recomposées ou adoptés. En plus, du fait que ceux qui exercent la fonction parentale sont de même sexe, il devra trouver davantage que d’autres des modèles du sexe manquant à l’extérieur de la famille. Ce que les enfants font de toutes façons assez spontanément, à mesure qu’ils grandissent.

    l’idée de mariage des homosexuels

    La seconde question concerne l’idée de mariage des homosexuels. Là, le problème posé dépasse de loin le seul domaine psychologique. On ne peut entrer dans la profondeur de la question que par la sémantique, car tout dépend du sens que l’on donne à ce mot. En effet, si l’on entend par « mariage » un contrat entre personnes qui s’aiment, enregistré par un acte officiel et des festivités qui lui ajoutent une dimension de reconnaissance collective, on ne voit pas pourquoi les homosexuels en seraient privés. La culture contemporaine tend heureusement à les intégrer et les démarginaliser, le droit à ce type d’union va dans ce sens. Si néanmoins quelque chose pose problème, de quoi s’agit-il ?

    fonction archétypale fondatrice d’une forme de civilisation depuis des siècles

    La véritable question introduite par l’idée du « mariage pour tous », dont ni les opposants ni les partisans ne parlent dans les médias, touche en fait aux symboles fondateurs de la culture. Ce en quoi elle n’est pas anodine, ni sans conséquences. Le mariage d’autrefois, souvent délaissé par les couples hétérosexuels, scellait l’inscription d’un homme et d’une femme dans des règles de vie qui sont ce qu’elles sont et non ce qu’on voudrait qu’elles soient, plaçant l’individu dans des lois universelles impliquant la procréation d’enfants encadrée par un contrat social et sacralisée par la religion. Cela avait pour effet, entre autres, de limiter les fantasmes de toute-puissance des désirs humains individualistes et d’y ajouter une dimension ontologique. Ce mariage était aussi un symbole dans la culture chrétienne qui a fortement marqué notre inconscient collectif. Il était icône de l’union mystique au Tout-Autre, l’altérité radicale et mystérieuse créatrice de la vie représentée par l’altérité sexuelle des mariés, qui faisait participer le couple à l’œuvre divine de la création. L’homme devait alors se décentrer de lui-même pour servir le Vivant. L’union de l’homme et de la femme en vue de la procréation puis de l’éducation des enfants dans la famille s’inscrivait ainsi dans un processus initiatique ritualisé par la cérémonie du mariage. Ce sens, déjà bien émoussé et oublié de la plupart de nos contemporains, n’a plus la moindre place dans l’idée du mariage entre personnes de même sexe. C’est alors le mot « mariage » qui perd sa fonction archétypale fondatrice d’une forme de civilisation depuis des siècles.

    survalorisation de l’individu et de ses désirs

    Le vrai problème n’est alors pas celui du couple homosexuel mais celui du langage et de la culture. Quand le mot Mariage se trouve détaché de son antique lien sacralisé aux lois de la procréation naturelle, cela participe d’un processus de déconstruction de la culture et de déni d’une dimension spirituelle, qui est dans l’air du temps, utilisant la survalorisation de l’individu et de ses désirs. On espère que cette déconstruction profitera au moins aux homosexuels mais ça n’est pas certain. Par contre elle bénéficie au système économique dominant qui doit stimuler les désirs individualistes dans tous les domaines sans les freins de la culture, parce que seule celle-ci pourrait conduire les hommes hors du primat de la consommation. Bien entendu, ce bénéfice s’habille du discours positif d’une juste tolérance et d’une plus grande liberté auquel les cœurs généreux ne peuvent qu’adhérer.

    culture plus ouverte, plus libre et plus relationnelle

    Il s’agit donc surtout d’une question de culture et d’ontologie bien plus que d’homosexualité. Ce détournement de sens d’un mot archétypal fondateur d’une forme de civilisation, participe bien d’un mouvement général de déconstruction des anciennes valeurs. Il peut conduire soit à l’invention d’une toute nouvelle culture plus ouverte, plus libre et plus relationnelle, soit à sa fin dont seuls profiteraient quelques rapaces. Tout dépendra de la capacité de créativité, d’engagement et d’éthique des hommes contemporains. Le pronostic n’est pas très bon si la domination du système économique continue de les abêtir et de les déculturer. Mais le mouvement de déconstruction du sens dont le projet de mariage des homosexuels n’est que l’un des révélateurs, déconstruira sûrement à son tour le système économique dont il paraît aujourd’hui l’allié objectif, par le nécessaire chaos qu’il a déjà commencé à induire et qui précède toujours le renouveau ou bien la mort.

    Ainsi va la vie depuis des temps immémoriaux.

    Remonter

    Remonteren haut de la page