RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

3 août 2018

Un autre regard en psychothérapie relationnelle : les écrits phénoménologiques de Kimoura Bin par Claude Lemonnier

introduction de Philippe Grauer

Kimoura Bin personne ne connaît. Introuvable en librairie. Il circule donc sou sle manteau. Quel dommage.

Cette Journée avec Claude Lemonnier vaut de l’or. Tout ce savoir ne se dispense nulle part, à part en des lieux de recherche confidentiels où se retrouvent des psychiatres Dasein. Les professionnels, en particulier de la gestalt, mais l’intérêt de Kimoura Bin ne s’arrête pas là, pourraient y trouver du grain à moudre à leur moulin philosophique et clinique.

Pour une fois qu’on ne vous moulinera pas le discours psychopathologique standard ! Trouvez vous le temps, pour une fois que du fond de l’inconnu pour trouver du nouveau quelqu’un vous propose d’entreprendre le voyage, trouvez-vous le temps eh oui le temps, de vous kimourabiner la cervelle à la germano-niponne, une petite journée entière qui vous apportera quelque chose.

 


par Claude Lemonnier

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard

mais celui de se rendre compte à quel type de temporalité notre psychisme s’ancre structurellement peut permettre de se dégager d’ornières psycho temporelles pour entamer de se mette à vivre avec son temps et son tempo propres.


 

Ce qu’est un pin, apprends-le du pin

Ce qu’est un bambou, apprends-le du bambou

Bashô (1644-1694)

 

Cette citation d’un maître Zen introduit la pensée à la fois phénoménologique et existentielle de Kimura Bin.

Né en 1931, formé à Kyoto et à Munich où il se familiarise avec la pensée de Ludwig Binswanger, il exerce en tant que psychiatre à Heidelberg, Nagoya puis Kyôto et propose une lecture japonaise de la Daseinsanalyse.

L’homme est ici considéré comme un existant « prenant fond dans la vie universelle, mais se tenant hors d’elle » et non comme un simple vivant.

Deux thèmes retiendront l’attention :

l’entre-deux

• Le rôle fondamental de l’entre-deux dans la formation du soi et par extension comme lieu d’une relation psychothérapique de qualité.

façons de vivre le temps : un nouveau critère

• Une conception de la psychopathologie donnant un rôle central aux différentes façons de vivre le temps comme critère discriminant des différentes pathologies, interpelant ainsi les classifications nosologiques classiques avec un autre regard. Ici, les déséquilibres constatés entre les trois composantes du présent : passé, instant, futur, permettent une compréhension alternative fondamentale des troubles psychologiques.

cas cliniques

L’exposé des principales thèses sera illustré par des cas cliniques et discuté avec les participants.

Remonter

Remonteren haut de la page