RechercherRecherche AgendaAgenda

Agenda

Revenir

2 décembre 2018

LE BONHEUR EST-IL LE BUT DE LA VIE HUMAINE — philosophie et psychothérapie conjoignent leurs efforts

par Daniel Ramirez

Variations sur l’idée de bonheur des origines à nos jours.


Mots clés : thérapie du bonheur, psychanalyse, psychothérapie, happycratie, tragédie.

Le bonheur est-il le but de la vie humaine ?

« Tous les hommes cherchent à être heureux », selon l’éthique des grecs anciens. Et cela reste jusqu’aujourd’hui assez indiscutable. Que d’autre cherche quelqu’un dans une démarche de psychothérapie ? Sauf que pour les anciens c’était la sagesse qui le rendait possible, cependant que pour les monothéismes, le bonheur n’est pas de ce monde. On s’est dit par la suite, dans la modernité, que le progrès le rendrait possible. Notre société d’abondance et de désirs est friande de discours sur le bonheur, les éditeurs et les médias l’utilisent comme un expédient de ventes, si ce n’est un instrument de manipulation, car aujourd’hui il y a même un devoir de bonheur. La recherche des plaisirs et la consommation rendent pourtant assez plate cette notion, pour laquelle, faute d’une définition profonde, on n’arrête pas de nous proposer des modèles : les gens célèbres, les champions, les riches, les puissants seraient des personnes heureuses ? Mais cela crée aussi un sentiment de frustration : le bonheur est donc pour les autres, ou pour plus tard, quand les conditions seront remplies, même si cela n’arrive qu’à la vieillesse, alors qu’on nous présente en même temps la jeunesse comme l’âge heureux. Il nous faut repenser à la racine ces paradoxes, faute de quoi la vie pourrait bien apparaître comme une escroquerie.

Bibliographie :

Il y a une telle pléthore de livres sur le bonheur. S’il fallait en choisir un, je dirai l’Éthique Nicomaque d’Aristote (multiples éditions).

Lectures plus actuelles :

— Robert Misrahi, Le Bonheur, essai sur la joie, Hatier, 1994, nouvelle éd., Cécile Defaut, 2011.

— Luc Ferry, Qu’est-ce qu’une vie réussie, Le Livre de Poche, 2005.

— Edgar Cabbanas et Eva Illouz, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, Premier Parallèle, 2018. (C’est une livre de sociologie, mais très actuel).


Bonheur et psychothérapie relationnelle

Philippe Grauer

Connaissez-vous la happycratie que décrivent les sociologues Edgar Cabbanas et Eva Illouz dans Happycratie : comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, Premier Parallèle, 260 p. En tout cas N’oubliez pas d’être heureux comme vous le prescrit Christophe André, dont le bonheur par la méditation populaire, constitue un heureux cache misère à une psychiatrie en difficulté, sans compter l’ombre rayonnante de la pleine conscience, pour illuminer le paysage psy, sauf que la psychothérapie — en tout cas la relationnelle — c’est une chose et le bouddhisme neuroscientifique une autre. En cette veille de fin du monde écologique il ne manque pas d’intérêt de se pencher sur la question.

Durant le régime chrétien ce qu’il fallait faire c’était son salut. À partir des Lumières, le bonheur devient avec Saint Just une idée nouvelle en Europe. L’histoire est pétrie de théories du bonheur, avec en Méditerranée Épicure, Aristote, Platon, Spinoza, Schopenhauer, Freud, Perls, jusqu’à Robert Misrahi, en passant par Comte-Sponville et Luc Ferry, sans compter la thérapie du bonheur à quoi se réduirait la psychothérapie humaniste américaine selon ses dénonciateurs psychanalystes, le champ à couvrir est immense. Pourtant il y a aussi la tragédie avec Nietzsche. Et puis la religion bouddhiste avec sa théorie de la souffrance, assimilée de façon plus ou moins californienne à une psychothérapie qu’elle ne saurait être. Et Kamel Daoud qui nous rappelle que l’orgasme n’est pas un complot occidental. Et l’aventure du transpersonnel ! On n’en finirait pas.

N’oubliez pas Paul Fort : « le bonheur est dans le pré », courez y vite. S’il a filé, courez à la journée de Daniel Ramirez, il m’a dit qu’il l’avait aperçu dans les bois, pas loin de chez lui.

Ainsi vous en aurez une tranche (personnelle !) d’une journée.

Dans le même registre voir également notre Question de la spiritualité rapportée à la psychothérapie.



Lieu : 77 rue des Archives
Horaires : 10:00-18:00
Tarif : 60 € pour les personnes extérieures à l'école.

Toute inscription sera validée à réception du paiement.

Formulaire d'inscription

Remonter

Remonteren haut de la page