RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

ARTEX

Pour plus d’information voir La piste From dont cet article est extrait.


Artex — Atelier de recherche en [psycho]thérapie existentielle [gestaltiste]

[…]

1989

— parallèlement, constitution d’ARTEX [18] et poursuite de sa recherche

Pendant ce temps, s’institue l’Atelier de recherche en thérapie existentielle, ouvrant une dernière période. Depuis 1980 Noël Salathé avait rassemblé autour de lui un groupe de supervision qui finit par se fidéliser et tourna à une relation à la parole du Maître, pour parler Lacan, mais aussi de parole fraternelle pour parler Rogers, et de transmission et approfondissement du cœur de la théorie gestaltiste centrée sur Goodman pour se tenir dans la dynamique de l’apport d’Isadore From.

De fidèles ils devinrent un groupe d’égaux, conservant un affectueux égard pour le savoir et l’expérience de leur pilier qu’ils n’appelèrent jamais Nono la science mais quand même. Ils finirent par se muer en groupe d’étude. Et changèrent définitivement de peau en devenant en 1985 nous venons de le voir Atelier de recherche en gestalt-thérapie existentielle, sous le nom d’ARTEX [19], intégrant la dimension existentielle référencée à Yalom et Frankl [20]. Cela sous le signe d’une amitié mutuelle et d’une solidarité sans faille, où humour, sérieux et confirmation mutuelle s’équilibrent et se renforcent, alimentant le plaisir toujours renouvelé de se retrouver pour travailler, on pourrait dire avec Misrahi dans la joie et qui sait parfois avec quelque bonheur.

Une des lois fondatrices du groupe fut de s’imposer l’absence de contrainte de production écrite. Ce qui n’empêcha pas de stimuler une collatérale production externe, dont la revue Gestalt profita largement. Cette production reste en deçà du travail accompli dans le cadre des deux rencontres annuelles du groupe à Paris. Sans compter que nombre de ses membres exercent ou exercèrent des responsabilités institutionnelles importantes dans le milieu gestalt-thérapiste et au-delà. Dans le cadre d’ARTEX Noël Salathé transmit comme jamais un esprit de rigueur et d’ouverture au bénéfice de tous dans un constant dialogue théorico-clinique. D’où la multiréférentialité, paradoxalement associée au souci de purisme n’était jamais exclue.

Au catalogue, une série de thèmes parmi lesquels le cycle de l’expérience, les émotions, la perversion, Nietzsche, la régression, la philosophie clinique et le bonheur (sessions spéciale chez Noël Salathé) [21].

Noël voyant sa santé décliner se retira en 2005. ARTEX tourne actuellement comme groupe sans leader désigné, poursuivant heureusement son travail dans la même ambiance avec une efficacité tranquille qui ne démérite pas.

La composition actuelle du groupe est la suivante : Jacques Péaron, Paul Molliex, Françoise Rossignol, Marie-Noëlle Salathé, Philippe Hardy, Marie Boutrolle, Philippe Grauer, Claude Haza, Élisabeth Drault.


doctrine

La thérapie existentielle gestaltiste est une psychothérapie intégrative, combinant une gestalt-thérapie d’inspiration Goodman-Isadore From aux données existentielles telles que les définit Irvin Yalom, dont on peut penser que le message ne dénature pas la doctrine gestaltiste proprement dite. On trouve également à Artex des delisliens – PGRO – la psychothérapie gestaltiste de la relation d’objet constituant elle selon ceux qui ne la partagent pas une altération intégrative de la gestalt-thérapie.

29 octobre 2008 – 8 mai 2012 –

Remonter

Remonteren haut de la page