RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

bataille des charlatans

voir aussi

charlatan
autoréglementé
autoproclamé

Accoyer, Cournut, Vasseur, les parrains

Déclenchée en 1999 à l’initiative de Bernard Accoyer, député UMP d’Annecy (le massacre du Temple solaire avait eu lieu sur le territoire de sa mairie), à la suite d’une initiative de Jean Cournut, président de la SPP, de Christian Vasseur, psychiatre conservateur, alors Président de la Société française de psychiatrie, et l’appui d’un site victimaire, une offensive contre la psychanalyse dissimulée en offensive contre les-psychothérapeutes (cette écriture désigne les psychothérapeutes relationnels ainsi re-nommés depuis 2001 à l’initiative du SNPPsy) s’effectue en application du programme de l’Académie de médecine.

Catherine Génisson la complice

Plusieurs amendements Accoyer se succèderont depuis 1999. Celui de 2003, voté en séance de nuit du 7 au 8 octobre recueillit l’unanimité des quelques participants de la séance grâce au vote socialiste du Dr. Catherine Génisson,

[Document : Sans titre]

une anesthésiste qui veillait ce jour-là, alors députée socialiste, probablement dans la mouvance Kouchner, le même Kouchner qui avait commencé à refuser de recevoir les psychothérapeutes relationnels et confié à une agence et aux psychiatres la mission de prendre ce dossier en charge, de sorte que le Dr. Accoyer put affirmer qu’il ne faisait que reprendre le dossier avancé par son prédécesseur en allant dans le même sens. C’est à partir de cette complicité socialo-corporatiste médicale que l’amendement prit l’autorité qui lui permit d’élargir son audience.

la résistance : laissez-nous nos charlatans

Un campagne violente s’ensuivit, tentant de déconsidérer les-psychothérapeutes (1) comme autoproclamés (confusion volontaire avec autoréglementés) qualifiés de charlatans. « Laissez-nous nos charlatans ! » rétorque dans Le Monde du 3 décembre 2003 la pétition signée Marcela Iacub et Patrice Maniglier.

la Coordination psy

Les psychothérapeutes relationnels livrent bataille, appuyés par la Cause freudienne (Jacques-Alain Miller), qui prend la tête de la Coordination psy, le Manifeste pour la psychanalyse (René Major) et Élisabeth Roudinesco. Cette bataille des charlatans, d’après le nom d’infamie ayant servi d’enseigne aux agresseurs, durera 11 ans, jusqu’à la loi parfois dite Accoyer, en fait Acoyer-Bachelot, cette dernière n’ayant fait qu’appliquer à la lettre les consignes du premier.

le GLPR

Un long travail avec la Représentation nationale aboutira à la confiscation du nom de métier [assorti jusque là d’un titre syndical d’exercice] de psychothérapeute et son détournement en titre d’exercice de type paramédical par la médecine, comme voulu par cette dernière (cf. rapport Pichot-Allilaire], parallèlement au libre exercice de la psychothérapie relationnelle par les psychopraticiens du même nom. Qui se pourvoiront d’un nom de métier et de titres professionnels propres, alternatifs au système de médicalisation de l’existence, garantis dans le cadre du GLPR.

la loi

La loi revêtira la forme d’un Article 52 de la loi du 9 août 2004, modifié par l’article 91 de la loi du 21 juillet 2009 (HTSP), et ses décrets d’application (20 mai 2010) réglementant l’usage du titre de psychothérapeute à dater du 1er juillet 2010 . Cf. Loi dite Accoyer ici-même.

et maintenant la bataille de l’autisme

La bataille des charlatans à peine achevée, l’agression dirigée depuis le début contre la psychanalyse reprenait de plus belle à l’occasion de la question controuvée de l’autisme. Les psychanalystes du Groupe de contact qui s’étaient réjouis de l’élimination probable des psychothérapeutes relationnels réalisent dix ans plus tard qu’ils se retrouvent seuls et démunis face aux ennemis des rivaux dont ils se réjouissaient la veille du bon débarras. Les psychanalystes en tant que corps ne semblent pas réagir de façon ajustée et coordonnée à la montée de discrédit que les scientistes et parents d’autistes leur destinent. Espérons que cela change. Les psychopraticiens relationnels restent disponibles pour appuyer une juste réaction face à la vague de déconsidération qui commence à déferler sur leurs collègues.

Notons qu’à la suite du peu d’appui des psychanalystes (sauf exception notable on l’a vu, suivie toutefois d’une défection également notable) les psychpraticiens relationnels, visés par les attaques « anti-charlatanesques » qui se poursuivent de la part des psychologues et psychiatres psychanalystes, sont affaiblis – la faute à qui.

nécessaire et juste alliance

Aucune des deux disciplines pourtant, œuvrant au sein du carré psy dans le cadre du processus de subjectivation, n’a intérêt à l’affaiblissement de sa voisine face à la puissante offensive idéologique et scientifique du néo positivisme, et à la médicalisation de l’existence, qui atteint la citoyenneté même. Il convient de garder cela en mémoire et de rester en ce qui nous concerne des alliés stables de la psychanalyse comme discipline.

Philippe Grauer


29 avril 2012 – 7 juin 2013 – 16 novembre 2014 – 29 décembre 2014 –


§ GLPR avant la correction du 29 décembre 2014
Un long travail avec la Représentation nationale aboutira à la confiscation du titre par la médecine, comme prévu, et le libre exercice de la psychothérapie relationnelle par les psychopraticiens du même nom. Qui se pourvoiront d’un nom de métier et de titres professionnels garantis dans le cadre du GLPR.

Remonter

Remonteren haut de la page