RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

expérientiel

1 – Expérience 1. Verbe : expériencier.

– Lexicographie : on trouve expérientiel, sur le modèle d’existentiel, et expérienciel sur le patron d’expériencier (vs. expérimenter).

Faire l’expérience de quelque chose, éprouver. Avoir de l’expérience signifie avoir traversé personnellement des situations et avoir tiré de ces passages d’épreuves singulières, strictement individuelles (comment transmettre son expérience, unique par définition ?), une sagesse personnelle. Cela relève du domaine de la subjectivité et du processus de subjectivation. Devenir soi revient alors à se déduire de son expérience enfin intégrée. Expérience type 1, domaine des sciences humaines cliniques, implicatives.

Le concept d’expérienciation procède de la pensée de John Dewey et du pragmatisme américain. Ce mouvement philosophique imprègne une partie importante de la psychologie humaniste américaine. On le retrouve notamment chez Paul Goodman, et il parcourt l’ensemble de la pensée pédagogique humaniste contemporaine. Son principe consiste à éprouver par soi-même physiquement la véracité d’une proposition, toujours établie relativement à la situation actuelle. Dans cette perspective vraiment se voit occuper la place de vrai.

2 – Expérience 2. Verbe : expérimenter.

Relève du dispositif expérimental où un sujet interagit avec un objet. Ainsi un manipulateur fait varier les facteurs pour voir si une plante soumise au rayonnement gamma se comporte identiquement ou différemment d’une plante non soumise à ce facteur. Expérience de laboratoire, type 2, domaines de la science, des sciences physiques dites dures, ou même, avec par exemple la sociologie, des sciences humaines mi-dures. On mesure ici le pesant philosophique et épistémologique de l’expression psychologie scientifique ou expérimentale.

expérientiel / expérimental

Cette dichotomie articule deux univers épistémologiques distincts au sein du Carré psy. Cette opposition contrastive renvoie à psychologie vs. psychothérapie relationnelle & psychanalyse. La différence épistémologique se trouve définie par Jean-Michel Fourcade relayé par Philippe Grauer : la psychologie relevant du modèle 1sujet/objet –, la psychothérapie relationnelle, dont relève l’expérientielle, du modèle 3, intersubjectif.

psychothérapie expérientielle ou expériencielle

Il s’agit dans le cadre psychothérapique, en relation (cela comporte qu’on sache tenir compte des concepts de base suivants et les mette en œuvre : transfert, lien, intersubjectivité), d’essayer voir l’effet que produit sur nous le fait de tenter une micro expérience proposée en situation par le psychopraticien relationnel, au cours d’un processus d’expérienciation légèrement différent de ce que notre habitude (« la névrose loge dans les habitudes » – Perls) – on pourrait aussi parler en termes de mécanismes de défense, de protection devrait-on dire – littéralement nous contraint de faire. Il s’agit de tenter l’expérience d’un petit degré de liberté hors de la sphère de souveraineté de notre pathologie : et si vous répondiez non au lieu du je vais essayer ou je vais le faire dit à contre-cœur, que vous avez comme à l’ordinaire lâché à votre antagoniste ? Mais un « non ! » articulé ici maintenant, tout de suite, là, pendant que nous sommes vous et moi ensemble à éprouver tout cela et nous efforcer de le penser, à chaud, au moment même où cet événement vous revient. On parle aussi d’expérienciation, et d’expériencier.

Cf. « S’expériencier en dynamique de groupe, se sentir pris dans le mouvement collectif d’un devenir groupal conduit par un animateur de groupe qui connaît bien son délicat travail représente une aventure peu commune. » Ici-même.

mise en situation

En psychocorporel, une esquisse de mise en mouvement, une posture, une respiration, un départ émotionnel mieux contacté, parfois amplifié, peuvent nous mettre ainsi sur des voies inédites, nous permettre d’entrevoir, par le biais d’expériences nouvelles – au sens d’expérienciation, de mise en situation personnelle –, même (et surtout, généralement) minimes, des issues à nos impasses, déjà de mieux commencer à éprouver-comprendre en relation nos mécanismes et impossibilités actuelles à nous y soustraire. Surtout pas d’illusion : rien de gagné dans l’immédiat de façon miraculeuse, rien qu’une patiente et insensible avancée dans l’imprévisible cheminement à deux.

La personne peut simplement à l’évocation de pareille idée réagir en disparaissant littéralement, ou en répondant : « – Ça non je ne peux pas ! » Cela constitue l’amorce du coup suivant, dans le dialogue psychothérapique. Par exemple : « – À la bonne heure, je vois que vous savez dire non ! … mais par contre pas à votre mari(1). Et si on essayait (…) ». Etc. Cela vaut uniquement dans le cadre du jeu intersubjectif immédiat, relationnel. On concevra que ce léger dégagement psychique – il s’agit là d’un véritable travail, avec progression, régression, stagnation, rien de linéaire ni mécaniquement simplifié – puisse nous conduire à abaisser notre taux de soumission au poids, à l’hypothèque, d’un passé mortifère et répétitif.

différence

Une telle expérienciation se distingue de l’expérimentation du cadre des sciences objectives, où un savant contrôle un dispositif en faisant varier les variables pour voir ce qui se passe si abdef sans c, ou sans c et plus n vs. avec c, etc. L’expérienciation relève d’une dynamique subjective et intersubjective au décours même de la séance.

formation expérientielle

En didactique, un cours expérientiel c’est un cours comportant, articulé à la théorie et méthodologie, une part engagée, style travaux pratiques et méthodes actives, un apprentissage, une opération de transmission, ou l’étudiant apprenti en immersion apprend, non seulement la théorie, mais à la faire fonctionner à la première personne du singulier, en se prêtant lui-même à l’expérience (type 1), dans le cadre d’une relation vivante sur le moment, en présence des autres et du formateur. Il apprend à évoluer dans l’espace théorico méthodologico pratique que le groupe-classe est en train d’explorer. Il apprend par l’effet produit sur et en lui-même en présence des autres, dans le champ relationnel et didactique.


article inachevé le 11 mars 2011, reprises :15 mars, 4 octobre 2011, 6 novembre 2011.

Remonter

Remonteren haut de la page