RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

générique

– Texte créé le 7 juin 2010

Cf. également psychothérapeute

Les praticiens des quatre disciplines cardinales constitutives du Carré psy se prévalent d’un exercice de la psychothérapie, celle-ci n’étant pas définie englobe des théories, pratiques, méthodes, épistémés hétérogènes.

Chaque pratique s’exerce dans des limites floues, et, ce qui complique la figure, parfois intégrées, les professions étant cumulatives (exemple classique : psychiatre-psychanalyste). Ainsi dans Devenir psychothérapeute relationnel, la brochure de notre école, pp. 7-9, nous avons dénombré pas moins de onze exercices mixtes, sans garantie d’exhaustivité.

Aussi depuis 1997 avons-nous pris l’habitude de discerner la psychothérapie

relationnelle

psychanalytique

psychiatrique

psychologique — dite psychologie clinique, on aurait pu dire psychothérapie clinique mais cela aurait été trop simple. En effet les psychologues exercent soit une véritable thérapie psychologique, sous l’appellation TCC, thérapie comportementale et cognitive, soit une psychothérapie démarquée de la psychanalytique mais pas tout à fait, la bouteille à l’encre qui engendra le test du fameux Rorschach contenait encore du liquide, s’est renversée à l’évidence sur la psychologie tout entière.

Cela nous fait quatre psychothérapies bien distinctes, correspondant aux côtés du Carré psy.

L’ensemble de ces pratiques logiquement recouvre l’appellation générique de psychothérapie et échoit au titre générique de psychothérapeute. Échéait faut-il dire à présent (après juillet 2010) car le titre générique de psychothérapeute a chu dans la poubelle de l’Histoire. Sans emporter avec lui notez-le bien le terme psychothérapie. Autrement dit dès 2010 il n’y a plus équivalence terminologique automatique entre psychothérapie et psychothérapeute. Quand on vous disait que c’était complexe ! (1) Las ! les choses humaines, et sciences du même nom, sont complexes, voire compliquées. La bataille des dix dernières années autour de la question du titre de psychothérapeute — attention, pas de la profession, il s’agit d’un titre sans profession équivalente, restons peu simples — visait à décerner ledit titre exclusivement aux universitaires, titulaires de diplômes obtenus au terme de cursus ne formant strictement pas à la psychothérapie relationnelle.

Tant et si bien que pour ne pas s’y retrouver il suffit de dire psychothérapie sans préciser davantage pour noyer le poisson relationnel. Nous prenons soin de préciser dans ce cas au sens générique du terme.

Cela n’est pas parce que complexe incompréhensible. Il s’agit tout simplement d’un paradigme à organiser, ce qu’une taxinomie ajustée permet.

PHG

mises à jour : 7 juin 2010, 4 janvier 2011

Remonter

Remonteren haut de la page