RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

pairs

confirmation par les pairs

Syndicalisme. Autorité professionnelle.

1) deux syndicats

En France deux syndicats historiques ont structuré et organisé la profession.

a) depuis 1965 le Psy‘G organise un certain type de pluralité avec ses trois collèges, psychologues, psychanalystes, psychothérapeutes (à présent psychopraticiens). Un trait commun, l’exercice libéral.

b) depuis 1981 le SNPPsy est pluralisme « méthodiste » et disciplinaire. Des praticiens d’obédiences de méthode différentes définissent ensemble les arcanes de leur discipline commune, la psychothérapie relationnelle. Jusqu’en 2001 la référence était la psychologie humaniste américaine. De fait, le SNPPsy se fonde sur la référence aux deux disciplines de la dynamique de subjectivation, psychothérapie relationnelle et psychanalyse. Et dans le cadre de la psychothérapie relationnelle il pratique le dialogue pluraliste entre méthodes, ce qui permet d’accéder à un agrément disciplinaire, par delà les méthodes.

La France reste le seul pays européen à asseoir la protection de la psychothérapie relationnelle sur le principe syndical. Il ne s’agit cependant pas d’un monopole, une organisation complexe non dénuée d’incohérence répartit actuellement l’administration du titrage d’exercice entre les deux syndicats et diversement les deux fédérations.

agrément par les pairs

le Cinquième critère de la charte fondamentale adoptée au SNPPsy antérieurement à la Déclaration de Strasbourg (principe de la reconnaissance et validation des méthodes) requiert que le praticien diplômé se voie confirmé syndicalement à l’occasion d’une rencontre professionnelle avec un groupe de pairs divers sous l’autorité du Conseil d’administration quant à leurs méthodes et expérimentés dans leur pratique.


2) deux fédérations

À l’issue de la Déclaration de Strasbourg la France est entrée dans l’organisation fédérative. Il existe depuis 1998, à côté des deux syndicats, deux fédérations.

a) La FF2P. Cet agrément crée la différence avec le système CEP où le praticien une fois diplômé traduit (au sens littéral du terme) son diplôme en termes européens (AEP) ce qui le transforme en titulaire du CEP, ce qui fait plus ou moins « titre ». Une instance internationale (réunion de méthodes) valide son diplôme d’école.

Un mécanisme particulier dans certains cas réunit un comité de pairs de méthodes pour rencontrer et valider un candidat. Dans de nombreux cas cette rencontre n’est pas jugée indispensable. Ce qui ne laisse pas de poser problème au vu de l’engagement dans le cadre du GLPR à respecter le Cinquième critère.

b) L’Affop. Cette fédération comporte en son sein plusieurs organismes dotés du pouvoir de titularisation, de la capacité de conférer par délégation le titre d’exercice professionnel détenu par l’Affop, à leurs membres.

Cela n’est pas sans poser problème, puisqu’une fédération détient le pouvoir titularisateur (signifié par le ®) et le délègue à qui elle l’entend dans son cadre. On aurait pu s’attendre à ce que ce pouvoir fût, au moins dans le cadre de référence institutionnel Affop, privilège syndical.

Remonter

Remonteren haut de la page