RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

psychocorporel

La grande découverte des années 60. Une véritable révolution méthodologique, effectuée à l’issue de développements de la psychologie humaniste américaine. Auparavant, dans le sillage de l’héritage psychanalytique, le travail psychothérapique quel qu’il soit était rigoureusement uniquement verbal. L’interdit majeur de la pratique psychanalytique étant et demeurant dans l’immense majorité des cas celui du toucher. À cela deux raisons. D’abord, la psychanalyse, cure par la parole, s’est créée en rompant avec toute idée de manipulation. Ce principe est de respect de l’autre : on ne lui fait rien. Rien d’autre qu’être là près de lui, à l’écouter, à écouter l’inconscient plus précisément. Ensuite pour ne pas interférer entre les registres, et surtout pour ne pas corporellement lui adresser des messages qui dans le transfert viendraient en séduction ou agression, par confusion de méthode et de théorie entre corporéité et sexualité.

La dimension psychocorporelle du travail psychothérapique prend en compte la dimension cathartique du processus. Son maniement requiert une formation soigneuse, puisque dans le cadre de l’interaction relationnelle se verront intégrées la dimension émotionnelle et du toucher, qui nécessitent impérativement un longue démarche personnelle dans ces dimensions, dont on soit sorti dégagé de ses propres pesanteurs en la matière, ainsi qu’un apprentissage expérientiel sérieux et de longue durée. À quoi s’ajouteront les cinq critères du SNPPsy (dont une supervision constante).

Remonter

Remonteren haut de la page