RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

praticien

dans le domaine de la psychothérapie relationnelle les professionnels exercent traditionnellement sous le nom de praticiens. On trouve ce terme dès la création du Snppsy dans son acronyme : syndicat national des praticiens en psychothérapie. Devenue relationnelle à partir de 1997, quand le Snppsy sagement a renoncé à prétendre représenter l’ensemble du champ de la psychothérapie (création du concept de carré psy).

Cela nous distingue objectivement des psychologues qui eux, s’inscrivant dans le sillage de la médecine se disent cliniciens : au lit du malade. Nous n’avons pas de malades mais des personnes en malaise venant en parler à quelqu’un (qui précisément ne soit pas n’importe qui mais un bon psychopraticien relationnel). Nous avons soit des clients, terminologie américaine renvoyant au client de l’avocat, en français ce mot correspond à l’idée de pratique – tiens donc ! – , et non de l’épicier, soit des patients, à la médicale, soit des thérapisants, à la Lacan. Aucun de ces termes n’est satisfaisant.

Ceux qui s’adressent à nous ne portent pas de nom convenable, à présent nous non plus, depuis qu’on nous a retiré le nôtre d’origine, de psychothérapeutes (relationnels) et que nous paraissons sous celui de psychopraticiens, tiens, encore praticien ! et encore relationnel, bien entendu, celui-là n’a pas changé. Nous voici donc presque à égalité.

voir également

clinique.

À la réflexion nous sommes mieux lotis tout de même car nous conservons l’essentiel, l’idée de pratique dans praticien, et relationnel, qui n’a pas bougé. Nous nous préparons à soutenir avec le colloque sauvons la pratique notre identité propre et place intacte de psychopraticiens relationnels au sein du carré psy.

dernière mise à jour 16 novembre 2010 – 2 novembre 2015 –

Remonter

Remonteren haut de la page