RechercherRecherche AgendaAgenda

Agenda

Revenir

20-21 juin 2014

HABITER, d’une anthropologie philosophique vers une éthique intégrale de l’être au monde Daniel Ramirez

Dans ce séminaire je me permettrai d’exposer aux étudiants le fruit de mes recherches en cours. Il s’agit d’une philosophie de l’habiter humain. Mais, qu’est-ce qu’habiter ? Où habitons-nous ? O mieux qu’est-ce que nous habitons ? Habiter n’est pas seulement occuper un lieu.

Peut-on dire que nous habitons notre corps ? (on parle d’un corps habité , pour une danseuse, un acteur…). Et la maison ? Bachelard parlait de la maison de nos rêves, celle de l’enfance (et la famille, l’habitons-nous ?). Habitons-nous notre quartier, notre ville ? Et dans quel sens ? Habitons-nous la société politique ? Que dire du pays, ou encore de l’Europe ?

Mais enfin, n’habitons nous pas sur Terre ? Pouvons-nous dire que nous l’habitons vraiment, la Terre ?
Mais ce n’est que l’espace ou les lieux que nous habitons ? Nous n’habitons pas aussi une époque, un temps fini, celui de nos vies ? Et la culture, la langue, les arts, ne les habitons-nous pas d’une certaine manière ou ne sommes nous pas habités par elles ?

Toutes ces dimensions de la vie humaine, qu’on peut aborder par le biais de l’habiter, on peut aussi comprendre qu’elles sont l’objet d’un certain degré d’inhabitation. Nous désertons des pans entiers de nous-mêmes et du monde. C’est en cela que cette anthropologie conduit à l’éthique. Une éthique de l’habitation serait d’abord un souci, une interrogation sur nos propres dimensions de l’existence et de nos attitudes de l’habiter et de la déserter. Habiter c’est aussi la condition d’être hospitalier. L’hospitalité est une certaine éthique de l’habiter.

En même temps une politique doit assumer le caractère de l’habitable et de l’inhabitable. L’inhabitabilité hante les politiques urbaines et le développement de notre mode de vie. Habiter la société est d’une certaine façon œuvrer pour la rendre habitable.

Heidegger parlait de l’être au monde , une des catégories fondamentales de l’existence. La philosophie contemporaine a essayé maintes fois de dégager le propre de cet être au monde, les circonstances, le caractère situationnel, historique, l’insertion dans le concret, dans le monde de la vie , par la phénoménologie, par exemple. Ma tentative s’inscrit dans ce courant, avec une autre ouverture j’espère nouvelle.

Nous commencerons, comme les fois précédentes par un échange libre le vendredi soir.


Lieu :
Horaires :
Tarif :

Toute inscription sera validée à réception du paiement.

Formulaire d'inscription

Remonter

Remonteren haut de la page