RechercherRecherche AgendaAgenda

Agenda

Revenir

26-28 novembre 2021

DYNAMIQUE DU SOUFFLE — trois jours à aspirer à soi avec Philippe Grauer, Marie Cubertafond, Pascal Aubrit

présentation par Philippe Grauer

bien conduite l’expérience peut livrer, en relation, accès à des retours de mémoire, comme on dit de flamme. Comparable au travail de rêve. Reste à en intégrer le contenu.


Mots clés : souffle, respiration, psychanalyse, gestalt, psychocorporel, ex rebirth, analyse bioénergétique, respiration holotropique, grof, spiritualité

dynamique du souffle en psychothérapie relationnelle.

1) Modification de salle (pour cause d’impératifs de distanciation) : apporter son matelas individuel en mousse dure bleu déroulant, et son coussin, comme aux temps héroïques de vos grand-parents enthousiastes, années 70.

2) COVID : ce regroupement n’admet que les personnes vaccinées, ou munies d’un test PCR valide (72 heures)

survivance de « rebirth » intégratif

La dynamique du souffle, technique [nous distinguons technique de méthode, cf. notre glossaire en ligne] transmise dans le cadre du Cifpr par Philippe Grauer et Marie Cubertafond, répond à l’exigence de proposer un travail psychocorporel intégratif d’inspiration psychanalytique et gestaltiste, conduisant à une régression bénéfique. Cette technique éprouvée relaie le Rebirthing ou Rebirth traditionnel, aujourd’hui quasi disparus. Très en vogue aux moments glorieux de la défunte Palingenèse, avec Jacques de Panafieu, Dominique Levadou, les psychanalystes Jacques Armelino, Françoise Jèze et Daniel Deydou (ce dernier pratiquant toujours la technique), et bien entendu Marie Cubertafon. Travail en douceur, requérant une intelligence clinique psychocorporelle.

aujourd’hui une technique remarquable

De tout cela que reste-t-il ? Ce que nous sommes à présent capables d’en faire. Le travail de dynamique du souffle, une technique (et non une méthode), constitue un remarquable outil, d’une puissance aussi impressionnante que simple d’emploi, entre les mains d’un praticien par ailleurs confirmé. Parfaitement laïque elle s’accommode aussi bien d’un soubassement psychanalytique qu’existentiel.

a) L’application de cette technique, d’une apparente simplicité confondante, requiert un bon professionnalisme. Le principe est de commencer par l’essayer sur soi, et si l’on y trouve intérêt il ne reste pas plus qu’à l’apprendre. Dans des mains expertes, à certains moments elle peut permettre de traverser des niveaux que la seule parole ne saurait atteindre.

b) formation, professionnalisation. Le CIFPR met la formation à cette technique (qui entre très bien dans le cadre de psychothérapie duelle) à la disposition de praticiens confirmés. Nous contacter pour les modalités.

c) de simples personnes en psychothérapie par ailleurs peuvent venir essayer pour elles-mêmes cette méthode, en profitant de l’encadrement d’un groupe au travail. Cela généralement propulse le processus psychothérapique. Bien entendu l’inscription s’effectue à l’issue d’entretiens préalables.

Bibliographie

—  Leonard Orr & Sondra Ray, Rebirthing in the New Age, Berkeley, Cal, 1977, 287 p.-
—  C. Jallan, Psychanalyse et dynamique du souffle, Dunod, 1988, 169 p.- L’ouvrage éponyme de l’auteur collectif anonyme s’efforce d’ancrer la pratique du souffle à la pensée de Winnicott.
—  Jacques de Panafieu, [Le rebirth], Retz.
—  Jacques de Panafieu, La Rebirth-thérapie, L’Âge d’être, pocket, Paris, 1989.-
— Dominique Levadou, Renaître, une autre manière de vivre, Paris, Stock, 1979, 206 p.-
— Dominique Levadou, Renaître, vers une psychanalyse du souffle, Chemins de l’harmonie, Paris 1997.-
—  Jim Leonard, Phil Laut, Le rebirth. L’art de jouir pleinement de sa vie, Montréal, éd MCL, 283 p.-
—Anne-Marie de Vinci, La Respiration Consciente, Ronan Denniel, Paris [1991] 2006

— Stanislas Grof, Nouvelles perspectives en psychiatrie, psychologie et psychothérapie : aux confins de la recherche contemporaine sur la conscience (The Adventure of Self-Discovery: New Perspectives in Psychotherapy, 1988), Alphée, 2010, 280 p.- Ce psychiatre américain d’origine tchèque, théoricien des états modifiés de conscience, de tendance clairement spiritualiste, pratique un type de travail respiratoire nommé respiration holotropique où les personnes sont mises en ambiance sonore qui favorise un état de transe plus prononcé, plus « abandonné ».

— Bernadette Blin, Brigitte Chavas, Manuel de psychothérapie transpersonnelle, préface de Stanislas Grof, Paris, Interéditions, 2011, 321 p.- Exprime clairement la théorisation spiritualiste Grof

— Ken Wilber, la connexion psy—spi, agrémentée d’hypothèses de science fiction qui donnent à fantasmer sans avoir besoin de souffler, sinon un coup pour s’en remettre, et expose en même temps les principes d’une longue et riche expérience clinique.

— Cyrille Champagne, Johann Henry, Muriel Rojas Zanudio, postface de Philippe Grauer, Psychologie transpersonnelle et états modifiés de conscience. Histoire, recherches, applications pratiques. Incontournable pour un professionnel. Paris, Enrick éditions, 2021.

Nous rappelons que le CIFPR, résolument rationaliste et « laïc », entend se démarquer de la spiritualisation magique du domaine psychique.

variantes

Pour être plus précis, il existe deux variantes dans l’éventail des travaux respiratoires, trois à vrai dire. La première est celle de la respiration holotropique à la Grof, résolument d’inspiration (!) spiritualiste, que conduit avec talent Bernadette Blin. La deuxième c’est ce qu’on pourrait appeler le Rebirth à l’américaine, plus éclectique, entre New-Age et Leonard Orr et Sondra Ray, dont la base théorique est d’une faiblesse considérable, relevant du Développement personnel. La troisième est une fausse variante, la méthodologie de soufflerie respiratoire étant intégrée à un dispositif de méthode,  l’Analyse bioénergétique. Cette méthode sait depuis toujours activer la respiration pour lancer la machinerie énergétisante en psychocorporel, car sans respiration suffisante pas la peine d’aller plus loin, c’est par là d’abord que ça se passe.

la tradition dynamique du souffle

La dynamique du souffle que nous proposons — quatrième variante sur deux annoncées au départ —  vient directement de Michel Armelino et Françoise Jèze, co-auteurs avec d’autres, dont les psychanalystes Solange Nobécourt et Alain Aymard, sous le nom collectif de Jallan de l’ouvrage La dynamique du souffle, qui se raccorde à Winnicott. C’est cette tradition que nous mettons à votre disposition, enrichie d’un éclairage existentiel gestaltiste (qualité de présence  à soi relationnelle immédiate) et d’apport d’analyse bioénergétique, qui en fait une technique intégrative à trois branches. Ce modèle, issu de la tradition Palingenèse aujourd’hui disparue (Panafieu, Levadou), maintenue par Marie Cubertafond, le CIFPR le pratique depuis de longues années, maintenant un précieux et utile patrimoine. De maniement clinique  aisé pour qui sait y faire, il rend bien des services en psychothérapie relationnelle, et propose le cadre d’expériences efficaces et d’un abord c’est le moment de le dire, pas sorcier, entre des mains relationnelles expertes.

se laisser aller, se livrer, à son inspiration

La respiration peut livrer passage au souffle, qui en est l’âme. Il suffit de laisser celui-ci aller, à ses rythme et allure, pour accéder, chacun selon ses capacités du moment, au cœur de soi et de son histoire, qui remonte d’elle-même. On dispose là d’un moyen d’exploration psychique aussi puissant que simple — apparemment, sachant que simple et facile passent rarement par la même porte.

se couper le souffle

Pour bloquer la machine à ressentir, à éprouver, une des parades les plus efficaces et les plus simples que nous connaissons depuis l’enfance, c’est de se couper le souffle, en fait, interrompre notre inspiration, cette sorte de contact vital-intime en prise directe sur la pulsion et le sentiment de soi (lire Damasio). Et que se passe-t-il si nous tentons l’expérience d’interrompre l’interruption ?

rétablir le circuit

Il suffit de rétablir ce circuit, dans un cadre procurant la qualité d’accompagnement requise. La technique elle-même, fondamentalement, ne consiste en rien d’autre que d’inspirer à chaque fois son air, en y concentrant sa présence à soi. L’aventure ira aussi loin que le permettra votre capacité d’expérimentation du moment, en relation. Cela peut se pratiquer en dyades ou triades, et l’on gagne également beaucoup à libérer ses talents d’accompagnateur : comment à votre tour inspirer confiance.

du « rebirthing »  au travail du souffle d’inspiration psychanalytique

Certains américains, grands réinventeurs de la brouette — qu’ils se hâtent généralement de faire breveter, ont développé sous le nom de Rebirthing une méthode de souffle centrée sur l’idée inductrice de mise en régression devant conduire à des « revécus de naissance ». Formalisation avec le concept de matrices périnatales par Stanislas Grof (dix ans résident à Esalen). Le groupe Jallan, composé de psychanalystes sensibles au psychocorporel ayant expérimenté entre eux le travail qu’ils ont préféré rebaptiser de souffle – une pratique qui remonte à la nuit des temps (disons quelques milliers d’années) et en tout cas au pranayoga et au taoisme, a mis au point à partir de cette réinvention ne manquant pas au départ d’une certaine arrogante naïveté, une méthodologie de travail psychocorporel original non inducteur et tout à fait laïc (ni médicaliste ni spiritualiste) que nous nous proposons de transmettre au CIFPR depuis maintenant une trentaine d’années.

état modifié de conscience rigoureusement encadré

Disons tout de suite que le travail de mise en mini-transe en relation, contrôlée à partir de modification du souffle et de rythmes (là encore, d’une main légère, adapté à chacun), vieille comme l’invention de la danse, n’a rien en soi de particulièrement nouveau, sinon de procéder du mouvement de recherche fécond de la psychologie humaniste, consistant à mobiliser le corps au service du processus psychique d’exploration de soi en relation, dans un cadre psychothérapique rigoureux, laissant au sujet toute sa latitude d’exploration et de découverte, dans l’exacte limite de l’usage de sa liberté et de l’exercice de sa responsabilité (1« ).

dynamique émotionnelle

Intégratif, le Souffle comme technique représente un auxiliaire intéressant pour (re)mettre en route la dynamique émotionnelle, tout en aidant la personne à la contenir(2« ). Amarré à une pensée clinique de type psychanalytique ou phénoménologique à cadre solide, le Souffle est susceptible de dégager des zones psychiques autrement inaccessibles. On peut aussi l’armer d’un savoir bioénergétique. Il gagne à être pratiqué de façon sobre, rigoureuse et mesurée.

historique

Technique non exempte de New Agisme au départ, pratiquement tombée en désuétude, que le couple de psychanalystes lacaniens Michel Armelino et Françoise Jèze  s’était attaché  à désulfuriser. Dominique Levadou (3« ) y exerça son influence de psychologue clinicienne. Jacques de Panafieu, qui introduisit d’abord en France la technique des séminaires intensifs vers l’illumination (le satori en deux journées et six noisettes), fut un moment le « maître » de la société savante Palingénèse, berceau du ribeurse, avant de finir par se consacrer à une variante Développement personnel dérivée de la scientologie, la Clarification du mental, du docteur Berner, ce qui n’a pas arrangé les choses, sans empêcher notre Maître Jacques de rester un bon clinicien. Autres temps autres mœurs, nous nous retranchons aujourd’hui de ce genre de pratique. Dernier avatar, le Rebirthing a même connu des interdictions aux États-Unis lors de la fameuse crise des faux souvenirs induits. Ce fut la respiration holotropique, d’inspiration clairement spiritualiste selon Stanislas Grof qui se vit maintenir par Bernadette Blin. Récemment l’ouvrage collectif Psychologie transpersonnelle [et non psychothérapie !], de Cyrille Champagne et al, présente une enquête sur le transpersonnalisme.

Comme quoi une technique n’est jamais qu’une technique, que seule peut valider la compétence psychothérapique de professionnels bien formés par ailleurs, habiles à l’intégrer à leur méthode de référence.

ATTENTION : venir impérativement muni/e de son tapis bleu déroulant personnel, et d’un coussin. Pelochons facultatifs pour une éventuelle bataille. 


1 Et dans le cadre des indications pour lui de s’engager ou non dans ce genre d’expérience au moment considéré.

2 Les contre-indications sont évidentes. Indication majeure, un praticien compétent. Avouons que c’est en définitive toujours le cas !

3 Levadou-Feuillette du temps de leur mariage.




Lieu : Quai de Jemmapes, 75010, Paris : modification (covid) : Métro République — N° ici même très bientôt
Horaires : 10:00 - 19:00
Tarif : 300 € en abonnement, 450 € à l'unité. Étudiants, chômeurs, nous contacter.

Toute inscription sera validée à réception du paiement.

Formulaire d'inscription

Remonter

Remonteren haut de la page