RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

intentionnalité

INTENTIONNALITÉ

Thomas d’Aquin > Brentano > Husserl > Sartre

– Au début du XXe siècle, un philosophe et psychologue autrichien, dominicain et commentateur d’Aristote, Franz Brentano, remet le concept d’intentionnalité au centre de la pensée philosophique. Selon lui, l’intentionnalité est le critère permettant de distinguer les « faits » psychiques des « faits » physiques : tout fait psychique est intentionnel, c’est-à-dire qu’il contient quelque chose à titre d’objet, bien que ce soit toujours d’une manière différente (croyance, jugement, perception, conscience, désir, haine, etc.).

– Pierre Jacob, L’Intentionnalité. Problèmes de philosophie de l’esprit
Odile Jacob, 2004, 299 p., 25,90 €. Quatrième de couverture de Catherine Halpern :

« Pour qui n’est pas familier de la philosophie de l’esprit, le concept d’intentionnalité est trompeur car il n’est pas synonyme de volonté (comme lorsqu’on parle d’une action intentionnelle). Introduit à la fin du xixe siècle par le philosophe autrichien Franz Brentano pour désigner la capacité qu’a l’esprit de viser mentalement et de se représenter des choses ou des états de choses (réels, imaginaires ou fictifs), l’intentionnalité pose deux questions : caractérise-t-elle tous les phénomènes mentaux ? Y a-t-il des phénomènes non mentaux qui la posséderaient ? Consacrant une très large part de son ouvrage à une cartographie de la philosophie de l’esprit à partir de la question de l’intentionnalité, Pierre Jacob montre que la plupart des positions tenues dans la discipline dépendent en grande partie de la réponse donnée à ces deux questions.

Selon P. Jacob, nous avons tous tendance spontanément à nous croire libres et à concevoir les autres comme des êtres ayant des croyances, des désirs, des souvenirs, des émotions, bref qui pensent et qui ont des représentations. Si la philosophie de l’esprit a procédé à une clarification conceptuelle, elle n’a pas permis de trancher sur la question de savoir si les phénomènes mentaux sont explicables par les lois de la nature ou bien s’ils constituent un type d’« objets » irréductible à celles-ci.[…]. »

– cf. wiki.

entrée en chantier.

Remonter

Remonteren haut de la page