RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

19 juin 2009

Islamisme radical : soutenir une « victime » virulente contre ceux qui la soutiennent ? Élisabeth Roudinesco

Élisabeth Roudinesco

A propos de l’affaire Vincent Geisser


L’affaire n’est pas du ressort strict de la psychothérapie, mais du domaine plus large des sciences humaines. Au moment ou l’Iran est soulevé par une vague de protestation sans précédent depuis des années contre celui que les manifestants par millions dénoncent comme dictateur usurpateur, il convient de ne pas s’embrouiller dans la défense d’un chercheur rappelé à l’ordre, non pour sa recherche mais pour son engagement dans une politique dont la République a le droit et le devoir de s’inquiéter.

Ne confondons pas tout, les temps sont difficiles, nous autres psychothérapeutes relationnels en passe de nous voir interdits de porter notre propre titre en savons quelque chose, mais ça n’est pas Vichy.

Élisabeth Roudinesco, applique à ce cas la méthode de chercheur en histoire soucieuse de l’établissement rigoureux des faits. Nous vous livrons sa mise au point. Il est toujours bon que les partisans des Lumières soient eux-mêmes éclairés.

Les intertitres sont de la Rédaction.

Philippe Grauer


Un chercheur pamphlétaire

Chercheur au CNRS, politologue et membre de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe (IREMAM), Vincent Geisser, auteur d’un pamphlet (La nouvelle islamophobie, 2003) destiné à dénoncer les chercheurs et intellectuels qui se permettent de critiquer, non pas l’islam, mais l’islamisme radical, a été convoqué par un Haut fonctionnaire de la sécurité défense devant le conseil de discipline du CNRS pour y répondre de “manquement à l’obligation de réserve”.

Procédure discutable

Cette procédure est discutable et doit être critiquée, car elle met en cause l’indépendance qui a été reconnue aux professeurs d’Université par le Conseil constitutionnel dans une décision (83-165) du 20 janvier 1984 et qui a été ensuite étendue à bon nombre de chercheurs. Mais il semble que jusqu’à présent elle n’a pas été contestée au sein du CNRS : ceci est à vérifier.

Dangerosité

Toujours est-il qu’à l’initiative d’Esther Benbassa, un comité de chercheurs a lancé le 10 juin 2009 une pétition en faveur de Vincent Geisser afin de le soutenir au nom de la liberté d’expression. Cette pétition a reçu le soutien de nombreuses associations. Esther Benbassa a cependant omis dans son appel de mentionner que Vincent Geisser n’est pas seulement un chercheur mais aussi un défenseur officiel en France de l’islamisme radical, largement contesté pour la dangerosité de ses propos par les représentants de l’islam des Lumières, Fethi Benslama et Abdelwahab Meddeb notamment et bien d’autres encore, qui lui reprochent de les présenter comme des “ennemis de l’islam vendus à l’Occident” et de favoriser ainsi la cause de l’extrémisme religieux. Tous deux se sont manifestés dans des mails auprès d’Esther Benbassa pour que leur protestation soit entendue. Il semble d’ailleurs que bon nombre de signataires de cette pétition n’avaient pas connaissance des interventions de Vincent Geisser quand ils ont décidé de le soutenir.

Comdamner les propos, contester la procédure

Or, les membres du comité n’ont toujours pas pris en compte les arguments des laïques attachés à l’islam des Lumières et qui réclament que soient condamnés les propos de Vincent Geisser, même si par ailleurs, ils sont favorables à une contestation des procédures disciplinaires imposées à des chercheurs du CNRS. Notons que Vincent Geiger a également qualifié les dirigeants de SOS racisme de  “facilitateurs d’islamophobie”, qu’il a fait de même avec l’Association Ni putes ni soumises (NPNS), qu’il s’en est pris également au Recteur de la Mosquée de Paris et qu’il a qualifié de “national-laïcisme” la loi contre le port des signes religieux à l’Ecole. Il a comparé le FD à un “idéologue qui traque les musulmans et leurs amis, comme à une certaine époque, on traquait les Juifs et les Justes”. Ses interventions et les critiques qui ont été formulées contre lui sont disponibles sur l’Internet. Chacun pourra en juger et décider ou non de le soutenir.

Digne du régime de Vichy ?

En attendant que le comité qui a lancé la pétition intègre ces données dans sa prise de position et ne se contente pas de faire de Vincent de Geisser la victime d’une entrave à la liberté d’expression digne du régime de Vichy, au moment même où, en Iran, l’islam modéré combat l’obscurantisme fanatique, j’ai refusé de signer cette pétition.

Remonter

Remonteren haut de la page