RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

29 janvier 2019

STOP AU GÂCHIS HUMAIN – FRATERNITÉ , SUR LE MUR DE LA HONTE J’ÉCRIS TON NOM appel des appels

commentaire de Philippe Grauer

FRATERNITÉ , SUR LE MUR DE LA HONTE J’ÉCRIS TON NOM

par Philippe Grauer

J’en ai tant vu qui s’en allèrent

Ils ne demandaient que du feu

Ils se contentaient de si peu

Ils avaient si peu de colère

 

J’entends leurs pas j’entends leurs voix

Qui disent des choses banales

Comme on en lit sur le journal

Comme on en dit le soir chez soi

 

(…) C’est un rêve modeste et fou

Il aurait mieux valu le taire

Vous me mettrez avec en terre

Comme une étoile au fond d’un trou

Et si l’étoile on la sortait

De l’oubli d’où elle rayonne

Et si l’étoile on la portait

Sur la page où tu la crayonnes

Écris vite et si jamais

La fraternité l’emportait

gestion ou relation, un choix de civilisation

Tout le monde dans notre milieu connaît Roland Gori et l’Appel des appels. Le premier est un grand professeur qui a éminemment contribué à faire de la psychopathologie le cheval de Troie de la psychanalyse à l’université, depuis une quinzaine d’années, en fondant parallèlement le SIUERPP, cette société de chers professeurs luttant pour le maintient de la psychanalyse dans le cadre universitaire en psychologie clinique (mouvement en reflux généralisé à l’université française à l’heure actuelle). Le second est un mouvement, devenu une association 1901, luttant spécifiquement contre la mise à la casse des métiers, revenait à s’en prendre à l’évaluationnisme, partout en expansion. Cette pratique consiste à évaluer de façon comptable et gestionnaire (cf. Gaulejac, La société malade de la gestion) des activités de rencontre et de contact humain, de relation intensive, irréductibles à ce genre d’opération. Et qui tend à prendre le pas, en institution, sur l’activité elle-même qu’elle enserre à la manière d’une liane tueuse.

le gâchis de l’évaluation managériale

Cette pratique neutralise tout, glyphosate psychique au bénéfice du principe libéral d’une conception bureaucratique gestionnaire administrative de service public défiguré en agence de prestations. Dans un climat d’indifférence désaffectée, que masque par à-coups un discours ennarquiste en trompe l’œil. Cette mise à la casse des métiers auquel aboutit ce processus de gestionarisation, nous connaissons, continuant de surveiller le degré de dégradation du nôtre, après les assauts de la première décennie du siècle. L’Appel des appels s’en prend plus précisément au gâchis humain qui résulte de cette évaluationnite aigüe, et de cette indifférence du "système", du dispositif gestionnaire à toute subjectivité. Il en résulte le spectacle de ces réfugiés — qu’on appelle migrants ce qui les met à distance, qui dorment confits dans leur misère sur nos trottoirs, que nos pouvoirs publics traitent mal, aux deux sens du terme. Le résultat ce sont ces réfugiés de l’intérieur, ces invisibles soudain apparus en jaune, se découvrant dans la rencontre aux ronds-points certainement pas prévus comme lieux de relation au sens fort du terme, frappant à la porte de notre cœur et de notre raison, sans que personne y comprenne vraiment grand-chose sinon que le problème persiste. Le résultat ce sont les dépossédés du droit au logement qui sont salariés (à pas trop cher) et dorment dans leur voiture, et la liste de tous ceux qu’évoque l’Appel des appels dans sa pétition. Alors que la France "redistribue" disent les gestionnaires (mais tout est là, gérer et gouverner ça pourrait bien faire deux), il résulte de la logique managériale généralisée sous le nom de modernisation qu’on dépense "un pognon de dingue" — peut-être aussi pingre que dingue si l’on y pense, pour continuer de perpétrer un état de malheur collectif sourd, en définitive plus coûteux à entretenir (!) qu’à entendre réellement, prendre en compte et réparer (mais avec leurs biais méthodologiques obligés que peuvent-ils faire ?).

quand la Rencontre surgit à ciel ouvert aux carrefours

Revenons un instant aux ronds-points et samedis jaunes. Certains points chauds, certains moments historiques, présentent la capacité de surgir et surprendre, précisément comme s’il s’agissait de psychothérapie collective sans thérapeute spontanée, on parle alors communément de façon métaphorique de "psychodrame"— pas toujours dépourvu de violence collective plus ou moins opportuniste. À ces moments, relativement éphémères, les protagonistes, à leur propre étonnement, se Rencontrent, dans la rue, ici aux carrefours européens, comme on le fait en psychothérapie, sorte de psychothérapie populaire (sans thérapeute) spontanée, au caractère à tous les sens du terme bouleversant, étonnant tout le monde. C’est le moment où réapparaît le vieux sens d’émotion, qu’on trouve chez Retz, au sens à la fois de mouvement populaire et d’émeute (même racine pour les deux mots, attention, on n’en est pas à révolution). Notre gouvernement a sagement pris la chose au sérieux et entamé de traiter comme il pouvait ce volcanisme psycho-politique. De la politique appliquée ensuite on peut débattre, ici n’est pas la question, s’agissant seulement de caractériser ces épisodes. Il demeure que cette protestation contre un gâchis humain de la part des personnes concernées on la retrouve en partie dans le document des "appelants". Répercussion, participation à l’épisode.

éthique de la responsabilité

La mouvance à laquelle appartient notre psychothérapie relationnelle — la relation n’est pas confinable au cœur protégé de nos cabinets — n’est pas, par logique de méthode, insensible à cette sensibilité collective. Elle regroupe aussi bien la sensibilité au destin de l’espèce et de sa planète porteuse en route vers la sixième Extinction (mouvement XR, d’inspiration Thoreau), la sensibilité socio-économique de refus "du système", au sens de système capitaliste finan