RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

2 décembre 2016

Interdiction de la psychanalyse en matière de soin de l’autisme ? par Gladys Mondière – Mission Santé FFPP

La psychanalyse hors la loi en matière d'autisme ? URGENT Date limite 8 décembre.

par Philippe Grauer

La psychanalyse hors la loi en matière d'autisme ? URGENT Date limite 8 décembre.

Mots clés : autisme, psychanalyse, psycho diversité, trouble du spectre autistique, psychoses infantiles.

Psychanalyse, prise en charge de l’autisme. Le 13 octobre dernier, quatre-vingt-quatorze députés ont déposé une « Proposition de résolution invitant le Gouvernement à promouvoir une prise en charge de l’autisme basée sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé. » Le porteur du projet, Monsieur Daniel Fasquelle, député LR du Pas-de-Calais, a obtenu que cette proposition de résolution soit soumise à l’Assemblée Nationale le 8 décembre 2016. Projet dangereux.

Rendre opposable une recommandation de la HAS et donner au législateur le pouvoir de décréter où se situe la « vérité » scientifique c’est du trumpisme.

Le SNPPsySyndicat national des praticiens en psychothérapie relationnelle et psychanalyse – s’associe à cette démarche.

Le CIFPR d’une part référencé au SNPPsy par le biais de l’AFFOP dont il est membre, se situe d’autre part aux côtés d’Élisabeth Roudinesco, Pierre Delion et Roland Gori, ses alliés, pour soutenir cette pétition FFPP – Fédération française des psychologues et de psychologie.

Il appelle ses étudiants et formateurs, et tous ceux qui se sentiront concernés, à la signer.


SUCCÈS DE LA PÉTITION

la proposition Fasquelle repoussée à l’Assemblée. Comme quoi l’action pétitionnaire résolue a produit son effet. Continuons de nous montrer vigilants.

quand on passe de recommander à commander
La Haute autorité de santé a émis en matière de traitement de l’autisme des recommandations c’est une chose. On peut les approuver, les regretter, les entendre et décliner sur le terrain selon une logique ajustée aux situations. La clinique reste l’art du singulier. Si ces recommandations deviennent des directives ayant valeur d’autorité donc d’interdiction, il est avisé de s’opposer.

l’excès de zèle du député Fasquelle
Le député du Pas-de-Calais, M. Daniel Fasquelle, en passe de devenir le député de Pas-de-Psychanalyse, va trop loin et trop sommairement en besogne, et ne fait pas montre en la matière de la réserve politique souhaitable. Il gagnerait à s’inspirer de l’intelligente pondération d’un grand clinicien comme le Prof. Delion, qui dit que l’autisme est multifactoriel et qu’il ne faut au service de ceux qu’on veut aider ne négliger aucune ressource. Nous voici une fois de plus au cœur de la multiréférentialité. On n’exclut plus, on articule.

psychoses infantiles : disparues sauf du fourre-tout DSM
D’autant plus qu’à l’heure actuelle, contrairement aux exposés des motifs de la proposition de loi qu’il avait déjà déposée le 24 janvier 2012, tout le monde psy, tous à l’exception précisément de ceux qui se laissent régir par le DSM, tous les psys savent maintenant que les psychoses infantiles ont disparu. C’est maintenant le contraire, le trouble du spectre autistique, fourre-tout DSM, englobe allègrement les fameuses psychoses infantiles, les dysharmonies évolutives, les dysharmonies psychotiques, l’autisme de Kanner, et certaines dysphasies (du coup sa population référente élargie, on soigne pour autisme des patients qui ne le sont pas, et qui parfois "guérissent" spontanément), ce faisant le DSM reste le seul à entretenir la confusion ! Les psychanalystes tant décriés ont même fait de l’autisme une structure à part.

Voir également

remède pire que le mal
Voilà où nous en sommes. Les approximations idéologiques de Fasquelle font de lui un homme politique excessif. On se passionne, mais de grâce on reste mesuré ! Sinon, pris dans des jeux de force (et des questions de flux financiers) on risque de se trouver embarqué dans des conflits à enjeux psys où interviennent des associations de parents de patients sur le mode remède pire que le mal.  Pas trop souhaitable dans ce sensible domaine.

Pour signer cliquer sur ce lien

Cette pétition sera remise par la FFPP le 7 décembre à :
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale
Mesdames et Messieurs les députés

le CIFPR au cœur de la psychodiversité
Nous, école pluraliste dans son principe, qui plus est intégrative et multiréférentielle, nous associons de plein pied avec la pétition dont nous relayons ici l’appel, afin que plus que jamais la psycho diversité que nous préconisons puisse faire disposer d’un large éventail de ressources les parents qui souffrent tant de voir leurs enfants aux prises avec des souffrances si difficiles à comprendre et à calmer, les parents aux prises avec des problèmes de relation et d’éducation lourds à prendre en charge au quotidien.

FLASH INFO

Le mouvement de protestation a fait traînée de poudre. Voici les pétitions et communiqués qui circulent et qu’on peut diffuser :

– la lettre ouverte du RAAHP – Rassemblement pour une approche des autismes aumaniste et plurielle qui est une fédération d’associations de parents et personnes autistes.

http://media.wix.com/ugd/e565a7_5781c5df9f184dcd8429665605c98997.pdf

– la lettre ouverte de la Main à l’Oreille, association de parents, amis et personnes autistes, qui s’intitule "Nos enfants valent mieux que ça", à lire absolument:

http://media.wix.com/ugd/e565a7_43bc7540ab994af28fd61e27edb8e9b3.pdf

– une pétition de médecins pour la liberté de prescription contre la résolution Fasquelles initiée par Christine Gintz, secrétaire générale du RAAHP, psychiatre et mère d’un enfant autiste :

Pour la liberté de prescription des médecins, contre l’instauration d’une science d’état

– la lettre ouverte du Syndicat des psychiatres des hôpitaux – SPH :

http://media.wix.com/ugd/e565a7_a3efbb6fb71248dfb9268ca11e91b363.pdf

– le communiqué du CAP – Convergence autisme pluriel :

http://media.wix.com/ugd/e565a7_0c6a0123e0d846c5a240925e494bf4ff.pdf

– la pétition de l’ECF contre l’interdiction de la psychanalyse :

oui au libre choix… non à l’interdiction…

– la lettre ouverte de l’Inter-associatif européen de psychanalyse :

http://media.wix.com/ugd/e565a7_b466d89e61324cff813fe33690f41808.pdf

– le Droit de réponse de Christine Gintz à l’atroce article paru dans le monde science et techno le 29/11/2016 soutenant la résolution et signé par une kyrielle  de personnalités du mon des neurosciences et du comportementalisme:

http://media.wix.com/ugd/e565a7_34da5c121dd7464ea94f1a74c8bfba5c.pdf

– le lien vers l’article du monde en question:

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/11/28/autisme-il-est-urgent-de-changer-de-modele_5039684_1650684.html

– la réaction de la CIPPA, Coordination internationale entre psychothérapeutes psychanalystes s’occupant de personnes avec Autisme et membres associés :

https://blogs.mediapart.fr/bernard-golse/blog/311016/reaction-la-proposition-visant-linterdiction-de-la-psychanalyse-dans-lautisme

– la réaction de la fédération des CMPP :

http://www.fdcmpp.fr/communique-prise-en-charge-autisme.html

– la réaction de la FFPP – Fédération française des psychologues et de psychologie :

http://www.psychologues-psychologie.net/index.php?option=com_content&view=article&id=381:ffpp-communique-autisme-nov-2016&catid=15&Itemid=223


par Gladys Mondière – Mission Santé FFPP

Le 13 octobre dernier, quatre-vingt-quatorze députés ont déposé une « Proposition de résolution invitant le Gouvernement à promouvoir une prise en charge de l’autisme basée sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé. » Le porteur du projet, Monsieur Daniel Fasquelle, député LR du Pas-de-Calais, a obtenu que cette proposition de résolution soit soumise à l’Assemblée Nationale le 8 décembre 2016.

Ces députés demandent, notamment :

–  La condamnation et l’interdiction des pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes, dans la prise en charge de l’autisme « car n’étant pas recommandées par la Haute Autorité de Santé ».

– L’actualisation du contenu de toutes les formations des filières professionnelles et académiques intervenant auprès des personnes autistes afin de les mettre en conformité avec l’état de la science internationale ;

– La reconnaissance sans aucune réserve et officiellement, par la Fédération française de psychiatrie, « des recommandations de bonnes pratiques de la HAS et de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) afin qu’elle renonce officiellement au packing, à la psychanalyse et à toutes les approches maltraitantes ».

Que « des recommandations de bonnes pratiques », telles que préconisées par la HAS, puissent servir de propositions aux pratiques professionnelles, est une chose, qu’elles deviennent opposables en est une autre.

La Fédération Française des Psychologues et de Psychologie, dans sa défense de la pluralité des approches scientifiques, demande le rejet de cette proposition de résolution. Elle invite les professionnels du soin psychique, mesdames et messieurs les députés ainsi que les usagers du système de soin français à s’opposer à ce projet et à signer cette pétition.

Benoit SCHNEIDER Président de la FFPP – Gladys MONDIÈRE Chargée de la mission santé pour la FFPP
– avec le soutien de
Madame Élisabeth ROUDINESCO, historienne, chercheur associé au département d’histoire de l’Université de Paris VII, chargée d’un séminaire d’histoire de la psychanalyse à l’ENS
Monsieur Pierre DELION, psychiatre, professeur de pédopsychiatrie
Monsieur Roland GORI, psychanalyste, professeur de psychopathologie émérite.