RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

9 mars 2012

Autisme: la HAS et l’Anesm opposées à la pratique du packing hors recherche Communiqué précédé de Montrons-nous solidaires d’une psychanalyse ouverte, par Philippe Grauer

pas de quoi pavoiser !
_ montrons-nous solidaires d’une psychanalyse ouverte

Par Philippe Grauer

Gradation : prohibition des enveloppements corporels humides, psychanalyse et psychothérapie institutionnelle classées interventions globales non consensuelles. Ces dernières encouragées à trouver leur validation par évaluation, ne sont pas au bout de leurs peines.

Victoire s’écrieront certains, la psychanalyse n’est pas écartée de la Sainte table universitaro hospitalière, le packing de toute façon on s’en fout, ça ne relève pas de notre dogme. Procéder ainsi, comme au cours de la décennie précédente, à bas les charlatans vive nous ! n’ayant rien compris au film précédent applaudir à la projection de Les charlatans 2 avec les mêmes plus peut-être quelques autres dans le même rôle, serait tragicomique.

formellement opposée

Avec l’interdiction de la pratique de l’enveloppement humide, une pratique psychocorporelle de restructuration de l’enveloppe psychique par la peau (comment ne pas penser au Moi peau de Didier Anzieu) dans un climat de soutien et de maintien de la contenance psychique, qui requiert une attention chaleureuse et une compétence clinique de haut niveau, se voit condamnée sans appel. Une méthode à médiation corporelle qui évite le médicament et épargne l’isolement, les remplaçant pas une attention chaleureuse, en plein XXIème siècle en France, mais on rêve !

Les étourdis qui s’en indifféreraient seraient bien légers politiquement. C’est, aux bords de leur propre territoire, sur leurs marges grignotées par le scientisme, que leur adversaire a progressé. Prenons garde, les rumeurs qui circulent assimilant l’enveloppement humide bien conduit à de la torture, fallacieuses et falsificatrices, filles de la haine et de l’obscurantisme, fourniront demain des rumeurs filles contre la psychanalyse.

comme en 2003 avec le rapport de l’Inserm

Quant à la psychanalyse – avec en prime la psychothérapie institutionnelle, adaptation de la pensée psychanalytique au cadre hospitalier – la voici exactement renvoyée à la situation de 2003 quand l’Inserm avait « établi » que le comportementalisme était évaluable et fiable, contrairement à la psychanalyse, un moment renvoyée aux ténèbres extérieures de la charlatanerie, dont nous étions nous chargés principalement de l’accusation. Le ministre Philippe Douste-Blazy, après un entretien historique avec Jacques-Alain Miller, avait fait démonter le rapport de l’Inserm contre la psychanalyse au nom d’une évaluation inadaptée à son objet, de l’affichage du site du Ministère de la Santé. C’est toujours le concept central de l’offensive scientiste cognitiviste aspirant à l’hégémonie, le concept d’évaluation, qui figure au cœur du débat, au cœur de l’opération actuelle. La situation n’est pas brillante.

À l’époque nos charmants confrères du Groupe de contact s’étaient précipités vers l’option c’est eux et pas nous. On mesure aujourd’hui avec quelle efficacité. Il serait intéressant d’observer si nos anciens alliés de la Cause, ceux qui avaient tourné le dos aux pratiques suicidaires des psychanalystes conservateurs, vont se solidariser politiquement avec leurs malheureux collègues packeurs et avec la psychothérapie institutionnelle.

pour une psychanalyse ouverte

Nous psychopraticiens relationnels nous trouvons fragilisés à chaque fois qu’un méchant discours ou une mauvaise pratique psychanalytique a lieu, comme à chaque fois que la psychanalyse à ce motif ou sous son prétexte se voit combattue en tant que telle, en tant que pratique psychothérapique de la dynamique de subjectivation. Nous avons le devoir de nous manifester solidaires de la psychanalyse, non pas considérée dans son arrogance et son dogmatisme, mais comme discipline ayant révolutionné les sciences humaines et le monde de la psychothérapie relationnelle, toujours capable d’ouverture et de renouvellement.

La solution de raison consistait à prôner comme le demandait l’appel à une plate-forme consensuelle, une voie dite intégrative, en fait multiréférentielle, mobilisant tous les registres et toutes les disciplines au service des victimes de l’autisme. La HAS et l’Anesm en ont décidé autrement. On peut se réjouir du fait que les groupes de parents se soient fait entendre car leurs protestations étaient pour une part légitime. On peut se réjouir du fait qu’il existe des instances encadrant les pratiques hospitalières. On peut se satisfaire du fait que la psychanalyse ne fait pour l’instant que sentir le vent du boulet scientiste. On ne peut s’en contenter, ni s’en réjouir. Un important travail de réévaluation, puisque concept d’évaluation est à la mode, reste à fournir côté psychanalyse, pour nettoyer le discours psychanalytique des éléments qui ont donné prise à ses adversaires. Cela rendra service à tout le monde. La psychanalyse n’est pas un instrument de combat façon néo Mao mais une discipline humaniste.

voir également

notre dossier complet Autisme et psychanalyse


Communiqué précédé de Montrons-nous solidaires d’une psychanalyse ouverte, par Philippe Grauer

Jeudi 8 mars 2012 – 11:30

Autisme: la HAS et l’Anesm opposées à la pratique du packing hors recherche


PARIS, 8 mars 2012 (APM) – La Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale d’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) sont « formellement opposées » à la pratique du packing chez des enfants et adolescents autistes hors protocole de recherche, ont-elles annoncé jeudi.

approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle classées « interventions globales non consensuelles« 

Les deux institutions classent également les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle dans la catégorie des « interventions globales non consensuelles », appelant les équipes les pratiquant à mener des recherches cliniques permettant de les évaluer.

La HAS et l’Anesm ont rendu publiques jeudi des recommandations de bonne pratiques sur « Autisme et autres troubles envahissants du développement: interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent« . Elles mettent l’accent sur la nécessité d’élaborer un projet personnalisé d’interventions pour chaque enfant (cf APM LDPC8001).

Ces recommandations résultent d’un long processus d’élaboration de deux ans, suivant une méthode de consensus formalisé faisant appel à 145 experts et une consultation publique impliquant plus de 180 organismes (cf APM HMOEI004 et APM COOGB003). Ces recommandations avaient été demandées dans le plan autisme 2008-10 aux deux institutions, qui ont décidé de publier un document commun.

Leur appréciation est très attendue sur la question du packing et sur les approches psychanalytiques en raison de demandes d’interdiction pressantes et réitérées d’associations de parents depuis 2009. Les deux institutions avaient dû faire une mise au point mi-février à la suite de fuites dans la presse (cf APM HMPBD001).

« En l’absence de données relatives à son efficacité ou à sa sécurité, du fait des questions éthiques soulevées par cette pratique et de l’indécision des experts en raison d’une extrême divergence de leurs avis, il n’est pas possible de conclure à la pertinence d’éventuelles indications des enveloppements corporels humides (dits packing), même restreintes à un recours ultime et exceptionnel« , indique la recommandation.

« En dehors de protocoles de recherche autorisés respectant la totalité des conditions définies par le Haut conseil de la santé publique (HCSP), la HAS et l’Anesm sont formellement opposées à l’utilisation de cette pratique« .

Le HCSP, appelé à se prononcer sur « les risques éventuels liés à l’utilisation du packing« , avait estimé en février 2010 qu’il devrait être strictement protocolisé et demandait que des travaux de recherche « neurophysiologique et clinique » soient menés pour statuer sur des bases scientifiques sur la balance bénéfices/risques de cette pratique (cf APM HMNCC004).

Une étude coordonnée par le CHU de Lille et financée sur le programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) est en cours pour évaluer l’efficacité du packing chez des enfants autistes avec troubles graves du comportement. Mais, en raison des critiques contre la pratique, le nombre d’enfants recrutés est faible et sa poursuite paraît difficile, ont fait savoir ses promoteurs.

POURSUIVRE LA RECHERCHE CLINIQUE SUR LES APPROCHES PSYCHANALYTIQUES

Le jugement sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle est moins radical puisque la HAS et l’Anesm estiment qu’ils ne peuvent pas conclure en l’absence de données d’évaluation mais ne s’opposent à leur utilisation.

« L’absence de données sur leur efficacité et la divergence des avis exprimés ne permettent pas de conclure à la pertinence des interventions fondées sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle« .

Dans un document d’explication, les deux agences indiquent que cette appréciation doit « inciter les équipes des centres hospitaliers universitaires et des autres organismes ayant une mission de recherche (centres de ressources autisme, universités, laboratoires de recherche, centres régionaux pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, etc.) à développer la recherche clinique » sur ces pratiques.

SEPT PRATIQUES NON RECOMMANDÉES

En revanche, les recommandations classent sept « interventions globales » comme non recommandées, selon un accord des experts.

Il s’agit du programme Son Rise*, de la « méthode des 3i », de la méthode Feuerstein, de la méthode Padovan ou réorganisation neurofonctionnelle, de la méthode Floortime ou Greenspan, en tant que méthode exclusive (« cette pratique peut être proposée au sein d’un projet d’interventions coordonnées » mais avec une notation de grade C correspondant à un faible niveau de preuve), la méthode Doman-Delacato et le recours au mélange gazeux dioxyde de carbone-oxygène associé à une méthode précédente.

Ce jugement s’appuie sur l’absence de données sur leur efficacité, sur le caractère exclusif de leur application et sur leur absence de fondement théorique, est-il indiqué.

Voir vers la page de la HAS Recommandations de bonne pratique HAS Anesm

Ainsi qu’au bas de la page les trois documents pdf suivants :

– Synthèse Autisme TED enfant adolescent interventions
– Recommandations Autisme TED enfant adolescent interventions
– Argumentaire Autisme TED enfant adolescent interventions

Remonter

Remonteren haut de la page