RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

psychothérapie multiréférentielle

Partager

 

voir aussi

multiréférentialité

psychothérapie intégrative

multiréférentiel

intégratif

psychanalyse intégrative

patients-limites et psychanalyse intégrative

neurosciences et psychothérapie

école généraliste

Le Cifpr est résolument et fondamentalement une école généraliste, de formation à la psychothérapie relationnelle multiréférentielle.

une paire contrastive

En mettant en avant le concept de multiréférentialité, Philippe Grauer passe sous silence l’existence de la paire contrastive multiréférentialité/intégrativisme.

bris-collage intégratif

Pourtant l’intégrativisme se distingue, en ce qu’il combine, en aménageant deux ou plusieurs domaines pour pouvoir les regrouper, et en désignant le domaine recteur. Une exception, la thérapie existentielle gestaltiste de Noël Salathé, dans laquelle aucun des deux termes ne semble régit l’autre ? Encore que Yalom tient expressément à ne pas se voir capté par le gestaltisme. Pour la psychanalyse intégrative, la dénomination désigne et distingue la dominante, psychanalytique, de la sous-dominante bioénergétique, accompagnée d’un problématique zest de sous-dominante gestaltiste (comment combiner l’espace psychanalytique et l’existentialisme radical de la gestalt ?), et nous oublions volontairement ici des items. Le concept lévi-straussien de bricolage, réécrivable bris-collage, devient alors bien utile. On remarquera au passage, marque d’inconfort terminologique, que l’ingénieux système gestalto-psychanalytique monté par Gilles Delisle, a fini par changer d’appellation pour devenir psychothérapie du lien.

tension fertile entre irréductibles

Qu’entendre par ce dernier terme ? que le psychothérapeute – aujourd’hui psychopraticien relationnel – multiréférentiel dispose d’espaces disciplinaires multiples, irréductibles les uns aux autres, et que c’est en pensant A à partir de B et réciproquement qu’on se met l’esprit en tension fertile si l’on s’est accoutumé à ce genre d’exercice, pas vraiment de tout repos, mais il est des domaines où rester en repos ressortit de la paresse ou négligence intellectuelle (sans parler de pulsion de mort).

intégrativité

Le terme intégratif n’est pas dépourvu d’ambivalence, se voyant revendiqué par de multiples horizons scientifiques — au sens sciences humaines de ce terme, mais aussi au sens scientiste à l’occasion, ce qui constitue une source de brouillage.

C’est la raison pour laquelle la Ffrapim, Fédération française fédérative de psychothérapie intégrative et multiréférentielle, à l’initiative du Cifpr, a intégré dans son nom institutionnel le signifiant multiréférentiel, pour éviter les confusions.

Quant à la psychanalyse intégrative selon Jean-Michel Fourcade, elle se situe du côté de l’intégrativisme, c’est-à-dire d’un montage principalement constitué de l’articulation du domaine psychanalytique et du champ reichien et émotionaliste, la dominante étant désignée comme la psychanalyse.

origine et originalité

Multiréférentialité à proprement parler, est un concept créé par Jacques Ardoino, soutenu par Guy Berger, dans le cadre de l’UER de Sciences de l’Éducation à Paris 8-Vincennes (à Saint Denis), concept repris et relayé par Philippe Grauer, du même département, puis soutenu comme concept fondateur au CIFP, devenu CIFPR. Dans ce cadre il est soutenu que l’intégrativisme fonctionne sur la base de l’articulation des contraires, à partir du carré d’Apulée enrichi par A.-J. Greimas, distinguant les contraires des contradictoires.  sur la base desquels se construit la multiréférentialité, comme il est dit plus haut, par laquelle le système A reçoit une définition contrastive irréductible par le système B et réciproquement, relation alternative, soit l’un soit l’autre. Mixage intégratif par un saut de côté dans un autre espace. Voir à ce sujet notre commentaire d’un post de juin 2022 de Pascal Aubrit sur la multiréférentialité.

réactivation de la FFraPIM

Cette association, co-fondée en 1998, puis intégrée à l’AEPI, avec Max Pagès, Jean-Michel Fourcade et Michael Randolph, secrétariat Brigitte Bard, mériterait d’être réactivée. La SFPI y trouverait toute sa place, les deux concepts de multiréférentialité et d’intégrativisme méritant de se voir clairement distingués et articulés. Sans un Discours de la méthode en matière de psycho complexité, la pratique du multiple naguère appelée de nos vœux s’enlise.


Entrée créée en 2007 – 15 novembre 2010 – 26 juin 2022 —

Remonter

Remonteren haut de la page