RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

psychopraticien

psychothérapie : zone d’exercice libre

La pratique de la psychothérapie est restée libre. Le terme, qui désigne une discipline demeure indéfini – avec un statut intellectuel et juridique comparable à celui de psychologie, ce qui n’en fait la propriété intellectuelle et morale de personne ni d’aucune institution. En clair chaque praticien, chaque corps de praticiens logé dans le cadre du carré psy, définit cette science humaine clinique comme il l’entend.

Nous pratiquons pour notre part la psychothérapie relationnelle (nom de domaine scientifique) sous le titre d’exercice de psychopraticiens relationnels® (SNPPsy), couvert par la garantie professionnelle GLPR.

nom de métier hors garanties, HORS DU CADRE AUTORÉGLEMENTÉ (GLPR)

Le nom de métier de psychopraticien est libre d’emploi. N’importe qui peut y prétendre. Une spécification devra toujours lui être associée, ce sera ce déterminant accolé qui garantira de quelque façon le terme de psychopraticien, qui à lui seul nous le répétons, ne relève d’aucune organisation le sécurisant. Tout nu il correspond à l’ex-psychothérapeute(1), sans aucune garantie spéciale, ouvert à tout vent, le voici charlatanisable à volonté. La revendication d’une formation non homologuée GLPR ne garantit qu’à la hauteur de sa prétention à le faire. Les patients de professionnels se réclamant du seul nom de métier de psychopraticien prennent leurs risques, ils se trouvent proprement

hors du cadre autoréglementé

.

titre d’exercice protégé

Pour afficher qu’on exerce la psychothérapie relationnelle en qualité de professionnel dûment cautionné par des pairs expérimentés relevant d’une organisation historique reconnue, qu’on exerce garanti par une déontologie et un système institutionnel responsable une psychothérapie axée sur la relation, on peut devenir membre du SNPPsy (en passant par une Commission régionale d’admission, qui renvoie pour accord au Conseil d’Administration) et s’afficher comme praticien de la discipline que désigne l’appellation de psychopraticien relationnel du SNPPsy puis (franchir l’étape du passage par la Cnaat du SNPPsy pour) prendre le titre d’exercice professionnel protégé dans le cadre du GLPR de psychopraticien relationnel® (SNPPsy)(2).

Il faut bien entendu réunir les conditions d’accès à ce titre : sortir diplômé d’une école telle le CIFPR, puis à l’issue d’une période d’exercice stagiaire se voir confirmé, validé comme professionnel répondant aux cinq critères par l’un des deux syndicats historiques.

30 août 2011 – 27 décembre 2012 – 13 août 2014 – 3 juin 2015 –

Remonter

Remonteren haut de la page