RechercherRecherche AgendaAgenda

Glossairede la psychothérapie

Revenir

professions psys voisines

1) PSYCHIATRE et PSYCHOLOGUE : professionnels formés à l’université

Comme celle de psychiatre, la profession de psychologue se transmet à l’université. Ce sont les deux seules à statut de professions officielles, réglementées. Quand on entreprend des études on passe généralement par là. Ces deux professions sont en crise, chacune à sa manière. Certains de leurs praticiens peuvent être relationnels, individuellement parlant, ayant suivi une psychothérapie relationnelle ou une psychanalyse suffisantes (mais n’ayant généralement pas suivi une formation structurée dans ces deux disciplines).

2) PSYCHOLOGUE CLINICIEN

Une de ses sub-professions de la psychologie, discipline composite. Clinique veut dire au chevet du malade et provient de la médecine (dont la psychiatrie, née au XIXè siècle). La psychologie clinique se propose de « soigner par la parole », sans préciser s’il s’agit d’un soin prodigué (type médical), soin -1, ou pris de soi : soin-2. Formation universitaire, académique, non impliquante, qui refuse de prendre en charge la formation à la relation, administrée plutôt comme une technique à appliquer, de façon systématiquement non engagée, avec seulement l’air, sans la chanson. La psychologie clinique française nage entre deux eaux, souvent troubles (cf. Philippe Grosbois). C’est son problème. Les psychologues-psychanalystes de leur côté jouent de l’ambiguïté de cette situation. Enfin ceux qui restent. Vous qui lisez ceci n’êtes que rarement concerné/e, il s’agit d’une profession voisine, souvent hospitalière, sous houlette médicale.

Si l’on désire cumuler cette formation avec la nôtre, c’est parfois faisable. Alors revêtu/e du titre d’exercice de psychothérapeute on se retrouve psychothérapeute relationnel. Il existe également des psychiatres relationnels.

3) PSYCHANALYSTE

renvoie à la case soit de psychologue soit de psychiatre (diplôme universitaire), avec formation complémentaire et encadrement dans une société savante historiquement située. Profession officielle par l’intermédiaire du titre de psychologue ou de psychiatre. Profession réglementée indirectement donc, par le jeu du titre d’exercice de psychothérapeute accordé aux psychologues cliniciens (les psychiatres ont décrété que la psychothérapie était leur apanage, qu’ils accepteraient de partager avec les psychologues). La psychanalyse en tant que profession (par ailleurs nom de métier non réglementé en tant que tel, titre libre) est ouverte exclusivement (à de rares exceptions près) aux psychologues-psychanalystes et psychiatres-psychanalystes.

NOTE : évidemment il existe comme partout des zones grises, que nous n’abordons pas ici pour éviter des complications de détail.

4) PSYCHOPRATICIEN TOUT COURT & PSYCHOPRATICIEN RELATIONNEL

— formation dans des instituts privés

a) La profession de PSYCHOPRATICIEN TOUT COURT, sans déterminant, embrasse trop et à l’occasion mal étreint. Les limites de définition de la psychothérapie qu’elle régit demeurent volontairement floues, pour pouvoir attraper tout ce qui se réclame de « la » psychothérapie surtout jamais définie. Partiellement autoréglementée (FF2P). Exercice libéral.

b) la profession de PSYCHOPRATICIEN RELATIONNEL se restreint au champ disciplinaire de la psychothérapie relationnelle (comportant de grands corps de méthodes, souvent soutenus par des sociétés savantes de référence) dans lequel c’est le processus relationnel qui soigne. Profession entièrement autoréglementée (AFFOP, SNPPsy). Exercice libéral.

L’ouvrage de Philippe Grauer et Yves Lefebvre, La psychothérapie relationnelle. De la naissance d’une profession à l’émergence d’un champ disciplinaire, 282 p., 14,95 €, présente et décrit ce champ professionnel, scientifique et disciplinaire.

On consultera également chez Enrick B éditions :

— l’ouvrage de Marcelle  Maugin, Manifeste pour une pratique pleinement relationnelle de la psychothérapie, 81 p., 10 €

— celui d’Yves Lefebvre, L’éthique relationnelle en psychothérapie, comment la relation peut devenir soignante, 182 p., 18,90 €

— en attendant la prochaine publication par Philippe Grauer, en préparation, d’un Psyctionnaire de la psychothérapie relationnelle.

On remarquera que le champ disciplinaire et scientifique de la psychothérapie relationnelle, référé par ailleurs à Irvin Yalom, à la phénoménologie, à l’existentialisme, sans oublier la psychanalyse relationnelle et la psychanalyse intégrative de Jean-Michel Fourcade, s’étoffe ces derniers temps d’ouvrages de référence.

5) ITINÉRAIRES

a) Reconversion

En processus de reconversion vous voici la plupart du temps réduits à emprunter « les chemins de la liberté », en vous formant

— comme psychopraticien/ne — attention au « trop court, et à l’illusion

• de la formation à distance : apprendre la relation in abstentia constitue, comme disent les philosophes, une entreprise aporétique, par contradiction dans les termes. Cela pourra toujours vous apprendre un peu de psychologie, sur le mode académique, dont vous ferez quoi, sur le terrain ?

• de techniques accumulées sans formation approfondie à la première personne, qui ne sauraient représenter une formation à la posture relationnelle de fond. Les techniques à elles seules ne constituent que des outils, limités pour des interventions limitées, en conseil, développement personnel, relation d’aide, en dépannage rapide.

— comme psychopraticien/ne relationnel/le — auprès d’une école du type de la nôtre, qui non seulement vous forme mais vous transforme.

À retenir : cette profession est seulement autoréglementée par ses syndicats et fédérations responsables historiques, et d’exercice exclusivement libéral.

b) se former à l’âge des Premières études

— Si vous avez 20 ans, il faut bien faire des études, devenez psychologue, en vous souvenant que vous acquerrez la mentalité professionnelle, différente, d’une profession voisine, pour laquelle la relation au sens fort du terme où nous l’entendons, ne constitue pas le ressort épistémologique, éthique, méthodologique de base. Par contre vous y gagnerez le titre d’exercice de psychothérapeute, vous donnant accès à l’hôpital.

— Ou bien devenez philosophe, historien ou littéraire, ou que sais-je encore, professions plus clairement distinctes, et si la psychothérapie vous intéresse à titre personnel engagez-vous dans une, relationnelle, puis contactez une école de notre genre.

6) DÉBOUCHÉS

— de nos jours, improbables, comme de très nombreux cheminements professionnels. L’existence est devenue pour une part imprévisible, la précarisation de masse étant au programme du libéralisme qui maximise les risques pour les actifs pour les minimiser au bénéfice des actionnaires.

— L’un des avantages de ce métier tient à ce qu’il gratifie ceux qui s’y engagent. Et y gagnent, en dehors de leur pain quotidien et du plaisir d’exercer utilement et humainement, la satisfaction de se livrer en indépendant à une activité qui a du sens et correspond à notre désir (mot-clé de la situation). Il comporte de ce fait une part d’engagement écologico-politique au sens large de ce dernier terme, disons une part de passion — espérons raisonnée, du métier et de ce qu’il signifie.

— Naturellement l’école vous accompagne lors de votre entrée dans le métier.

Remonter

Remonteren haut de la page