RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

29 février 2012

J’ai un enfant autiste, j’envisage de m’exiler MAGALI PIGNARD

Une mère d’autiste parle, de l’état arriéré du traitement de l’autisme en France, et de l’inadaptation de la psychanalyse, qui n’est pas la panacée psychique. Elle parle, humainement et simplement. Elle n’a pas l’air d’un crocodile.

Elle soutient le Mur. On peut penser différemment, mais le mur de la sottise lui mérite de tomber.


MAGALI PIGNARD

Par Magali Pignard

Mère d’un enfant autiste, agrégée de physique, membre actif du collectif Soutenons le mur

Je vous écris car je suis extrêmement choquée du parti pris sur l’autisme qui se retrouve dans différents articles récemment publiés dans Libération (1). La France a au moins quarante ans de retard sur les pays développés en matière de dépistage et de prise en charge. La situation des autistes est catastrophique. Les autistes adultes d’aujourd’hui, qui n’ont reçu et ne reçoivent qu’une prise en charge psychanalytique sont : soit internés en hôpital ou en institution psychiatrique, bourrés de neuroleptiques, et non respectés dans leurs fonctionnements particuliers ; soit gardés chez leurs parents, si ceux-ci en ont encore la force et qu’ils refusent la première solution. Souvent, ils ont bataillé auprès des praticiens pour retirer leur enfant de l’institut ou de l’hôpital psychiatrique.

Je veux que vous preniez conscience des faits suivants. Les parents n’ont rien contre la psychanalyse. Simplement, leur enfant est victime d’une erreur médicale : on a donné, et on donne encore, un traitement qui, au lieu de faire progresser l’enfant, augmente ses troubles. Lorsqu’un enfant autiste ne reçoit pas un traitement spécifique adapté, ses troubles du comportement augmentent. Pour un enfant de 3 ans, c’est gérable, mais pour un adolescent ou un adulte, c’est gérable seulement avec des neuroleptiques. Vous comprenez ? La priorité, c’est d’apprendre à l’enfant à gérer ses émotions et à communiquer.

Comment seriez-vous si vous vous retrouviez brusquement en Chine, sans argent, ne parlant pas chinois, ne comprenant pas les coutumes du pays, et surtout sans personne pour vous apprendre tout ça ? Vous faites une crise d’angoisse et vous vous retrouvez à l’hôpital avec des psychotropes. Et, petit à petit, la descente aux enfers commence pour vous.

Les parents n’ont rien contre le fait que des personnes consultent des psychanalystes, ils s’en moquent : chacun fait bien ce qu’il veut. Mais ils ne veulent pas que leur enfant ait un traitement inadapté. Et c’est bien le problème en France : pourquoi croyez-vous qu’on ait tant de retard ? Faire une prise en charge psychanalytique sur un enfant autiste a autant d’effet que sur une personne ayant la maladie d’Alzheimer. Aucun effet donc, et des troubles du comportement s’installent. Actuellement, la prise en charge psychanalytique est pratiquement la seule reconnue et financée par l’État : les Maisons de l’autonomie ne reconnaissent presque jamais les prises en charges éducatives ou comportementales. Pareil pour les agences régionales de santé qui sélectionnent les projets de structure. Les structures avec psychanalyse sont prioritaires par rapport aux autres.

Quant au fait que les psychanalystes auraient des facilités à entrer dans le monde interne des autistes… c’est faux. Je suis moi-même atteinte de ce qu’on appelle «troubles du spectre autistique», et je peux dire que tout ce que les psychanalystes disent est faux. Je ne m’y reconnais pas du tout, et je ne suis pas la seule. Donna Williams, Temple Grandin et Gunilla Gerland (des écrivaines autistes) ne s’y reconnaissent pas non plus. La plupart des autistes que je connais (oui, les autistes parlent et écrivent) pensent comme moi. Les psychanalystes leur font peur.

Quant au comportementalisme, dire que c’est du dressage parce qu’il consiste en la répétition du même geste, je vous demande : mais comment avez-vous appris à écrire ? Vous-même, n’avez-vous pas fait des lignes de lettres avant de savoir écrire ? Et pour apprendre à conduire ? Ça vous est venu immédiatement ? Beaucoup de choses que nous apprenons ne nous sont pas spontanées : il faut répéter, répéter. Pour les autistes, c’est pareil, sauf qu’il y a beaucoup plus de choses non spontanées.

Merci de m’avoir lue. Pour moi, l’exil est le seul espoir. J’ai prospecté pour m’exiler à moyen terme en Suède. Je me suis déjà rendue deux fois dans ce pays. J’y ai rencontré des psychologues, qui étaient effarés que l’autisme soit pris en charge par des psychiatres. Là-bas, l’autisme est pris en charge par des psychologues et des neurologues. Et les parents sont tenus au courant de ce qui est fait avec les psychologues. Les enfants vont à l’école, mangent à la cantine, tout est fait pour que la vie des parents ne soit pas affectée. Il est impensable qu’un des parents s’arrête de travailler pour s’occuper de son enfant. Des formations sont prévues pour la fratrie, l’enfant est pris en charge un week-end par mois en camp de loisirs pour que les parents se reposent. Tout est pris en charge par l’État.

(1) Des 13 et 14 février.

Voir également :

-* Autisme, un témoignage [29 février 2012] par une mère d’autiste militant à l’école ABBA de Nantes
-* Pétition internationale pour l’abord clinique de l’autisme par le CLIPS (mouvance Cause freudienne) [24 février 2012]
-* Autisme, la psychanalyse (enfin) contrainte à évoluer [22 février 2012] par Serge Tisseron in Libération prédé de « Et si que la psychanalyse jouait l’ouverture ? » par Philippe Grauer
-* Ni rituel psychanalytique ni réductionnisme génétique ! Les malades méritent mieux [22 février 2012] par un Collectif
-* Autisme : c’est la psychiatrie qu’on attaque. Défendre la psychothérapie institutionnelle [22 février 2012] par Jean-François Rey
-* APPEL A UNE PLATE FORME CONSENSUELLE POUR L’ANNÉE DE L’AUTISME 2012 [21 février 2012]
-* Packing – convoqué par l’Ordre le Pr. Delion s’explique [18 février 2012] entretien Quotidien du médecin, conduit par David Bilhaut, précédé de « Pour une démarche intégrative humaniste, contre la guerre des emmurés » par Philippe Grauer
-* Alain Vanier écrit à la HAS [16 février 2012]
-* autour des enfants autistes, une bataille de bac à sable [14 février] par Laure Daussy
-* autisme – guerre ouverte contre la psychanalyse [17 février] par Catherine Vincent – Le Monde 17 février
-* autisme – quel jugement pour quelle cause ? [16 février] précédé de « Conviction peu convaincante » par Philippe Grauer
-* autisme – la HAS prend position [14 février] par AFP/PHILIPPE HUGUEN, précédé de Psychanalyse, récifs en vue, par Philippe Grauer
-* Autisme dans Libé [13 février] par ERIC FAVEREAU, précédé de « Pour une démarche intégrative« , par Philippe Grauer.
-* Autisme– les psychologues freudiens entrent dans l’arène [6 février] par InterCoPsychos N° N°327
-* Autisme – à propos du packing [6 février] par Pierre Delion
-* Autisme : Delion, packing, inquiétante comparution [6 février] par sans auteur
-* Autisme : Guy Baillon écrit au Conseil de l’Ordre [6 février] par Docteur Guy Baillon, Psychiatre des hôpitaux
-* Les batailles de l’autisme : hier et aujourd’hui [6 février] par Jacques Hochmann, précédé de « Y voir clair dans la question de l’autisme » par Philippe Grauer
-* Psychanalystes, encore un effort pour ne pas délirer sur l’autisme ni adhérer aux positions d’Edwige Antier [6 février] par Michel Rotfus, précédé de « À droite, droite ! » par Philippe Grauer
-* psychanalyse et autisme : la polémique [31 janvier] par Élisabeth Roudinesco – précédée de « Résister à la bêtise de l’autre démultipliée par la sienne propre », par Philippe Grauer
-* Autisme : la psychanalyse en procès [30 janvier]
-* autisme – appel à soutien à Pierre Delion et David Cohen [29 janvier] précédé de « Ne pas jeter l’enfant avec l’eau du soin humide », par Philippe Grauer
-* autisme packing – Lettre ouverte des 39 par Collectif des 39 [27 janvier 2012]
-* Autisme – dossier [22 janvier]
-* Autisme – une maladie grave aux multiples visages [17 janvier] par Élisabeth Roudinesco
-* Autisme : dogmatismes en duel au tribunal de Lille [Décembre 2011] par Stéphanie Maurice
-* Autisme : les emmurés de l’indicible [Novembre 2010] par Élisabeth Roudinesco chronique Henri Rey-Flaud
-* Autisme : Les enfants de l’indicible peur [Octobre 2010]
-* L’autisme au cœur de l’humain. Approche psychanalytique [Octobre 2010]
-* Autisme — halte à la désinformation ! [Mai 2009] par Caroline Eliacheff. Précédé de « Pas l’un ou l’autre mais l’un & l’autre » par Philippe Grauer
-* Autisme — lettre ouverte aux parents d’autistes, à leurs éducateurs et soignants [Avril 2009] par Pierre DELION — introduction de Philippe Grauer
-* Autisme à nouveau [Octobre 2008] par Par Isabelle Fauvel , du Collectif InterCoPsychos de Saint-Malo, avant-propos de Philippe Grauer
-* Henri Rey-Flaud expose avec clarté les théories, approches et hypothèses sur l’énigme de l’autisme [Mai 2008] par Élisabeth Roudinesco, suivi de 8 commentaires.
-* Autisme et impasses de la médecine chroniqués au Monde des livres [Avril 2008] par Élisabeth Roudinesco, avant-propos de Philippe Grauer
-* Sandrine Bonnaire témoigne [Janvier 2008] par Éric Favereau — précédé de « Sandrine Bonnaire sans haine dit la souffrance » par Philippe Grauer
-* Sandrine Bonnaire, sa sœur, l’HP ordinaire. [Janvier 2008] par Libération

Remonter

Remonteren haut de la page