RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

26 février 2012

Pétition internationale pour l’abord clinique de l’autisme InterCoPsychos

La psychanalyse dans ses institutions françaises se corporatise

Par Philippe Grauer

Voici la pétition autisme côté Cause freudienne par le Comité de liaison des psychologues – CLIPS : Association des psychologues freudiens, InterCoPsychos, Mouvement des universitaires pour la psychanalyse (MUPP).

Parler des prérogatives de la corporation des psychologues s’agissant de psychanalyse mais encore ?

Quoi qu’il en soit souhaitons que tombe l’invective et l’excommunication mutuelle, et que le législateur s’abstienne de mettre de l’huile sur le feu. Le débat scientifique peut être vif, à dimension éthique et idéologique, des reproches fondés de part et d’autre, sans que cela engage directement des forces politiques qui le débordent.

to be – intégratif, or not to be – exclusif ?

Cette pétition de l’ECF, beaucoup moins consensuelle que la première – rédigée par Pierre Delion, moins diffusée et plus complexe –, a obtenu pour cette raison dix fois plus de signatures. Signe des temps ? La bipolarisation et la défense exclusive de la psychanalyse au détriment des autres approches est davantage prisée du milieu psychanalytique. On notera que la position médiane, d’inspiration intégrative, se voit soutenue par des personnalités importantes du monde universitaire français et étranger.

dos au Mur

La pétition Delion, raisonnable, nuancée, ne récolte pas les 7000 signatures venues se déposer une première fois pour le soutenir lui. C’est que les collectifs des associations de psychanalyse ont refusé cette fois de signer Delion, préférant la position de combat, c’est le moment de le dire, dos au Mur. Ce faisant la psychanalyse se durcit et corporatise un peu plus.

Est-il raisonnable et juste de s’engager dans une défense inconditionnelle de l’approche disciplinaire (bévues tues) ou d’adopter une ligne qui tienne compte des critiques adressées aux psychanalystes ? Ceux-ci en tant qu’organisations ne semblent pas en état actuellement d’admettre l’idée d’une remise en cause d’eux-mêmes, fût-elle opportune.

Madame Sophie Robert dans son film Le Mur – écrit dans la veine du Livre noir – avait choisi d’interviewer des psychanalystes faciles à piéger. Le seul qui ne soit pas controversable c’était Delion, elle lui a accordé 30 secondes. Elle savait ce qu’elle faisait.


InterCoPsychos

imposer par la loi l’orientation du travail d’un praticien ou d’une institution

La prise en charge de l’autisme est aujourd’hui un enjeu crucial.

Récemment, une proposition de loi a été déposée à l’Assemblée Nationale tendant à interdire l’orientation psychanalytique dans le champ du « spectre de l’autisme » et à y privilégier exclusivement les thérapies cognitivo-comportementales.

Nous affirmons qu’on ne saurait imposer par la loi l’orientation du travail d’un praticien ou d’une institution.

De fait, les psychologues sont nombreux, qui interviennent, à des titres divers, auprès des sujets dits autistes et de leurs familles. En cela, ils sont directement concernés par cette proposition de loi. Mais, au-delà, c’est chaque psychologue qui est concerné, car cette loi remettrait en cause son autonomie professionnelle, autant dire son éthique et sa responsabilité.

le psychologue, libre de choisir ou concevoir sa méthode

Le psychologue est, en effet, libre de choisir et même de concevoir sa méthode, sa technique, c’est-à-dire son orientation telle qu’elle détermine le cadre dans lequel il rencontre celui qui s’adresse à lui. La loi garantit cette liberté.

Les psychologues n’en sont pas moins attachés à la diversité de leurs propres formations – lesquelles comportent de multiples options tant dans la formation universitaire, continue ou en cours d’emploi que dans la formation personnelle indispensable – et des pratiques qui en découlent, ainsi qu’à celle des autres professionnels dont ils sont partenaires.

Le prétendu « retard français » des psychiatres, psychologues et universitaires fréquemment mentionné dans des textes officiels (rapport Létard) laisse supposer que ceux-ci méconnaissent l’état actuel des connaissances sur l’autisme. Est-il vraisemblable qu’ils refusent de s’informer depuis plusieurs dizaines d’années ? Est-il plausible que ces professionnels soient si inégaux à la hauteur de leur tâche ? Pourquoi seraient-ils plus ignorants que les politiques qui s’emploient à leur faire la leçon ?

ça n’est pas aux politiques de prendre parti en matière de débats scientifiques

Pourquoi ne s’interroge-t-on pas sur le fait que des divergences d’opinions persistent fortement et durablement, en France et au-delà, entre les spécialistes de l’autisme ? En vérité les connaissances actuelles sont connues de tous ces derniers ; ce qui diffère ce sont les interprétations qui en sont faites. Quelle légitimité possèdent des politiques à venir trancher dans des débats complexes ? Leur opinion ne reflète que celle des groupes de pression qui les supportent. Ils veulent faire accroire que la science serait achevée alors qu’il existe un consensus concernant le fait que les savoirs sur l’autisme restent aujourd‘hui incertains. Il en découle que la seule attitude appropriée consiste à favoriser la diversité des recherches ayant déjà fait état de résultats significatifs.

Les psychologues respectent la démarche scientifique fondamentale et savent qu’ils ont à s’inspirer de sa rigueur. Ils n’en ont pas moins un devoir d’alerte quant à l’imposture que constituerait la mise au ban des pratiques fondées sur la rencontre et la parole.

Nous demandons donc que cette proposition de loi ne soit pas inscrite au calendrier législatif.

Nous demandons que les pouvoirs publics garantissent le libre choix de l’orientation de travail des institutions, des praticiens, et des psychologues en particulier.

Le 24 février 2012.


Voir aussi

-* Autisme, la psychanalyse (enfin) contrainte à évoluer [22 février 2012] par Serge Tisseron in Libération prédé de « Et si que la psychanalyse jouait l’ouverture ? » par Philippe Grauer
-* Ni rituel psychanalytique ni réductionnisme génétique ! Les malades méritent mieux [22 février 2012] par un Collectif
-* Autisme : c’est la psychiatrie qu’on attaque. Défendre la psychothérapie institutionnelle [22 février 2012] par Jean-François Rey
-* APPEL A UNE PLATE FORME CONSENSUELLE POUR L’ANNÉE DE L’AUTISME 2012 [21 février 2012]
-* Packing – convoqué par l’Ordre le Pr. Delion s’explique [18 février 2012] entretien Quotidien du médecin, conduit par David Bilhaut, précédé de « Pour une démarche intégrative humaniste, contre la guerre des emmurés » par Philippe Grauer
-* Alain Vanier écrit à la HAS [16 février 2012]
-* autour des enfants autistes, une bataille de bac à sable [14 février] par Laure Daussy
-* autisme – guerre ouverte contre la psychanalyse [17 février] par Catherine Vincent – Le Monde 17 février
-* autisme – quel jugement pour quelle cause ? [16 février] précédé de « Conviction peu convaincante » par Philippe Grauer
-* autisme – la HAS prend position [14 février] par AFP/PHILIPPE HUGUEN, précédé de Psychanalyse, récifs en vue, par Philippe Grauer
-* Autisme dans Libé [13 février] par ERIC FAVEREAU, précédé de « Pour une démarche intégrative« , par Philippe Grauer.
-* Autisme– les psychologues freudiens entrent dans l’arène [6 février] par InterCoPsychos N° N°327
-* Autisme – à propos du packing [6 février] par Pierre Delion
-* Autisme : Delion, packing, inquiétante comparution [6 février] par sans auteur
-* Autisme : Guy Baillon écrit au Conseil de l’Ordre [6 février] par Docteur Guy Baillon, Psychiatre des hôpitaux
-* Les batailles de l’autisme : hier et aujourd’hui [6 février] par Jacques Hochmann, précédé de « Y voir clair dans la question de l’autisme » par Philippe Grauer
-* Psychanalystes, encore un effort pour ne pas délirer sur l’autisme ni adhérer aux positions d’Edwige Antier [6 février] par Michel Rotfus, précédé de « À droite, droite ! » par Philippe Grauer
-* psychanalyse et autisme : la polémique [31 janvier] par Élisabeth Roudinesco – précédée de « Résister à la bêtise de l’autre démultipliée par la sienne propre », par Philippe Grauer
-* Autisme : la psychanalyse en procès [30 janvier]
-* autisme – appel à soutien à Pierre Delion et David Cohen [29 janvier] précédé de « Ne pas jeter l’enfant avec l’eau du soin humide », par Philippe Grauer
-* autisme packing – Lettre ouverte des 39 par Collectif des 39 [27 janvier 2012]
-* Autisme – dossier [22 janvier]
-* Autisme – une maladie grave aux multiples visages [17 janvier] par Élisabeth Roudinesco
-* Autisme : dogmatismes en duel au tribunal de Lille [Décembre 2011] par Stéphanie Maurice
-* Autisme : les emmurés de l’indicible [Novembre 2010] par Élisabeth Roudinesco chronique Henri Rey-Flaud
-* Autisme : Les enfants de l’indicible peur [Octobre 2010]
-* L’autisme au cœur de l’humain. Approche psychanalytique [Octobre 2010]
-* Autisme — halte à la désinformation ! [Mai 2009] par Caroline Eliacheff. Précédé de « Pas l’un ou l’autre mais l’un & l’autre » par Philippe Grauer
-* Autisme — lettre ouverte aux parents d’autistes, à leurs éducateurs et soignants [Avril 2009] par Pierre DELION — introduction de Philippe Grauer
-* Autisme à nouveau [Octobre 2008] par Par Isabelle Fauvel , du Collectif InterCoPsychos de Saint-Malo, avant-propos de Philippe Grauer
-* Henri Rey-Flaud expose avec clarté les théories, approches et hypothèses sur l’énigme de l’autisme [Mai 2008] par Élisabeth Roudinesco, suivi de 8 commentaires.
-* Autisme et impasses de la médecine chroniqués au Monde des livres [Avril 2008] par Élisabeth Roudinesco, avant-propos de Philippe Grauer
-* Sandrine Bonnaire témoigne [Janvier 2008] par Éric Favereau — précédé de « Sandrine Bonnaire sans haine dit la souffrance » par Philippe Grauer
-* Sandrine Bonnaire, sa sœur, l’HP ordinaire. [Janvier 2008] par Libération

Remonter

Remonteren haut de la page