RechercherRecherche AgendaAgenda

Actualités

Revenir

6 février 2012

Psychanalystes, encore un effort pour ne pas délirer sur l’autisme ni adhérer aux positions d’Edwige Antier Michel Rotfus, précédé de À droite, droite ! par Philippe Grauer

À droite, droite !

Par Philippe Grauer

Autisme. À propos d’un méchant film auquel des psychanalystes pris d’ivresse judiciariste font une pub d’enfer. Pendant le même temps un député UMP se met en route pour pousser un cran plus avant le bouchon Accoyer, style après les ex psychothérapeutes charlatans, les psychanalystes imposteurs. En avant toute vers l’éradication des tenants de la dynamique de subjectivation, de la logique du sens, de l’humanisme ! fonçons tête baissée vers le comportementalisme et le dressage efficace. Avec à la clé côté psychiatrie du sécuritaire pour les dangereux.

On est de droite ou on ne l’est pas.

Michel Rotfus nourrit le débat en rappelant les valeurs de base. Il importe de ne pas se laisser prendre au jeu des faiseurs de procès et de lois prohibitionnistes, de ne pas l’alimenter aveuglément. Et de protéger les Delion, honneur de la psychiatrie et psychanalyse.

Un débat intellectuel doit le rester, on s’en prend à un faussaire en matière de pensée, exemple Onfray, on ne va pas l’attaquer en justice ! Tout de même le Second empire c’est loin derrière nous – enfin, c’était, avant les dernières nouvelles. Vivons avec notre siècle.

Rappel : Le texte de soutien à Pierre Delion et David Cohen se trouve à l’adresse suivante

http://www.autismeuneapprocheplurielle.org/phpPetitions/index.php?petition=3

L’avez-vous signé ?


Michel Rotfus, précédé de À droite, droite ! par Philippe Grauer

Blog de Michel Rofus, Mediapart, 5 février 2012

Psychanalystes, encore un effort pour ne pas délirer sur l’autisme ni adhérer aux positions d’Edwige Antier

Par Michel Rotfus

05 Février 2012

Je ne suis pas un spécialiste de l’autisme mais comme professeur de philosophie intéressé par la psychanalyse j’ai lu l’œuvre de Bruno Bettelheim qui ne mérite pas aujourd’hui un tel lynchage. Anachronisme un peu facile, comme les lois mémorielles. Va-t-on comparer tous les épisodes sanglants de l’histoire rétroactivement à des génocides ? Va -t-on reprocher aux pionniers du traitement de la psychose d’avoir maltraité leurs patients? Va-t-on crier Pinel au gibet ?! Et Kraepelin aussi ! Jamais Michel Foucault, qui a critiqué fortement le discours psychiatrique, ne se serait livré à de tels excès. Jamais Gilles Deleuze qui trouvait ridicule le sectarisme psychanalytique n’aurait songé à une loi pour interdire Œdipe, comme le fait René Fasquelle, député UMP. Quant aux psychanalystes qui se réclament d’Edwige Antier, ils feraient mieux de ne pas avoir la mémoire courte : pédiatre, se réclamant de Françoise Dolto(1) et du pauvre Œdipe, défenseure de la famille traditionnelle, du retour des femmes au foyer, persécutrice des homosexuels, cette dame a comparé l’homoparentalité au nazisme, à propos d’un livre pour enfant d’Ophélie Texier, Jean a deux mamans, publié par l’École des loisirs en 2004.

Je cite (c’est sur internet) :
Question : Il ne faudrait donc pas parler d’homosexualité aux jeunes enfants ?

Edwige Antier : C’est aux parents de savoir ce dont ils veulent parler à leurs enfants. L’éditeur n’aurait-il pas dû préciser que c’est un livre avec avis parental ? Imaginez que des homosexuels voient leur enfant choisir un livre nazi dans une bibliothèque de jeunesse ! Vous trouveriez cela normal ?

Au vu de la polémique, je suis consterné de voir des psychanalystes faire des procès à qui mieux mieux contre la liberté d’expression. Les voilà qui s’en prennent à une productrice, Sophie Robert, illustre inconnue qui a réalisé un mauvais documentaire à charge contre les psychanalystes. Normal ! Elle est proche des auteurs du Livre noir de la psychanalyse. Et elle a réussi à faire dire à des psychanalystes, à l’insu de leur plein gré, ce qu’ils ne cessent de répéter depuis des lustres : les mères des enfants autistes sont des mères froides, incestueuses, crocodiles, et toutes sortes de sottises.

Mais ils les ont dites ces sottises! Il faut regarder le film Le Mur qui est monté à charge. Et alors?… C’était aux psychanalystes de ne pas tenir de tels propos qui sont une insulte envers les parents d’enfants autistes. Résultat, une inconnue, dont le film n’aurait jamais été programmé à la télévision est devenue en quelques jours une célébrité nationale pour la presse américaine qui en profite pour fustiger toute la psychanalyse française. Belle stratégie !

Quand on sait que la manie des procès revient aux sectes, à l’extrême-droite, aux négationnistes, on se demande pourquoi des psychanalystes cherchent à les imiter. Fureur procédurière! Ils ont réussi leur coup : faire exister un mauvais documentaire que l’on peut toujours voir sur internet.

Je rappelle que j’ai initié avec quelques autres une pétition contre Michel Onfray et que c’est par la plume et jamais par la judiciarisation que nous avons démontré son imposture aujourd’hui reconnue par pratiquement tous les médias. Voyez Charlie Hebdo de cette semaine, c’est à mourir de rire !

Je suis consterné de lire la littérature de Marie Jean Sauret sur Médiapart et je partage la critique de Gilles Olivier Silvagni : seule la psychanalyse serait détentrice d’une théorie humanisante du sujet ? Comment peut-on dire ça ? Et Descartes, Kant et Hegel, et leurs héritiers, n’étaient ils pas humanistes ! Toute de même quelle inculture.

Quant aux sectes comportementalistes qui en profitent pour se réjouir de ce Waterloo des psychanalystes, ils devraient se souvenir que ce sera forcément leur tour un jour. La bêtise engendre la bêtise !

Le pire dans cette ténébreuse affaire, c’est que les bons cliniciens – Pierre Delion et tous les psychologues qui s’occupent en France d’autisme avec des approches multiples – risquent d’être assimilés à des barbares par la faute des extrémistes en tous genres.

Revenons à la raison.

Remonter

Remonteren haut de la page